VALLS 2 LE RETOUR, MAIS… QUEL BILAN POUR VALLS 1 ?

Ca y est.
Pour la rentrée, on change tout, pour ne rien changer !
C’est Valls 2 le retour.
Et à partir de demain, ce sera comme hier !
Alors quel bilan pour Valls 1, quel bilan pour la France…


L’emploi ?
A aucun moment depuis 2012 la courbe du chômage ne s’est inversée, contrairement aux prédictions maintes fois répétées par le chef de l’Etat. Plus de 6 millions de français sont aujourd’hui au chômage.

La croissance ?
Elle n’est jamais arrivée. Le gouvernement a toujours revu ses prévisions à la baisse. Et même aujourd’hui, ses choix budgétaires sont basés sur une hypothèse de croissance à 1%, alors qu’elle est de 0%.

Le déficit ?
Le programme du candidat socialiste prévoyait 2,8% du PIB pour 2013. Fin 2013, nous étions à un déficit public de 4,3% qui, au mieux, sera de 4% fin 2014. On est loin des paroles aux actes.

La dette ?
L’Etat s’endette toujours plus depuis 2012. Donc la dette augmente de plus en plus. Au rythme actuel (+ 45,5 milliards d’euros d’un trimestre sur l’autre), nous allons rapidement dépasser les 2 000 milliards. En moins d’un an, la dette est déjà passée de 90,5% du PIB à 93,6%.

L’impôt ?
Le montant maximal des prélèvements obligatoires prévu en 2012 était de 47%. Ils sont en réalité de 57%, pour une moyenne européenne de 45%. Et sans aucun lien avec une augmentation de la qualité des services publics.

Les investissements ?
Dès 2013, ils étaient en recul de 5%. Aujourd’hui, la détérioration de la confiance s’accentue et se généralise à l’ensemble des secteurs de notre économie, sans aucune perspective de reprise. Ou très très faible.

Le commerce extérieur ?
Là encore, de mois en mois, nos exportations reculent et le déficit se creuse à plus de 30 milliards d’euros cet été. Même si l’aéronautique et l’automobile permettent de limiter la casse.


Alors, même si le gouvernement semble adapter son discours aux attentes des uns et des autres, faisant le grand écart entre la séduction du patronat et celle de la gauche socialiste, il y a encore fort loin de la parole aux actes.
Et la feuille de route du gouvernement Valls 2 est tout aussi mauvaise que le bulletin de notes du gouvernement Valls 1.
Pendant que le président de la République, plongé dans une brume dense et humide, attend imperturbablement les résultats de son pacte de responsabilité, comme après la pluie on attend le beau temps.

Richard POGLIANO – Président du Cercle de Nice

Les commentaires sont fermés.