UN PROJET QUI EN TUE UN AUTRE…

A la suite de ma dernière newsletter, de nombreuses réactions m’ont demandé quelques précisions sur mes propos, dans l’intitulé « Encore une erreur du gouvernement socialiste… ».

Le gouvernement avait à décider entre deux projets, celui de la création d’un canal Seine-Nord et celui du renforcement du port du Havre. Il a choisi la première option, au détriment de la seconde. Quand il aurait du, à mon sens, faire l’inverse ou, pourquoi pas, mettre les deux en chantier.

C’est tout ce que j’ai voulu dire. En précisant que l’abandon du projet de développement du port du Havre était une erreur qui pèserait lourd dans l’évolution économique de la France, pour de nombreuses années.

Mon propos s’appuie d’abord sur la constatation incontournable que l’avenir d’un pays se décide à travers l’avenir de ses ports, car 80% du commerce mondial transitent par les ports. En France, nos deux premiers ports sont Marseille et Le Havre. Et l’essentiel du trafic de marchandises du pays ainsi que 40% de son approvisionnement pétrolier passent par le port du Havre. C’est dire son importance stratégique pour aujourd’hui et demain. C’est dire s’il faut donner un avenir aux ports français, et donc donner un avenir à la France.

Or le choix fait par le gouvernement est un « risque majeur d’affaiblissement des ports normands et de l’axe Seine ». Car ce canal Seine-Nord, qui doit relier l’Oise (et donc la Seine) à l’ensemble du réseau fluvial du nord de l’Europe, reste aux yeux de beaucoup un cadeau aussi improbable qu’inestimable aux ports de Rotterdam et Anvers. Soit les principaux rivaux économiques du Havre et de Rouen.

Le roi François 1er est à l’origine de la construction du port du Havre en 1517 (on fêtera son 500° anniversaire l’année prochaine !) et depuis lors, la ville est intimement liée à son port, même si ce dernier s’est petit à petit éloigné de la ville. Mais au-delà du développement concomitant de la ville et de son port, le port du Havre bénéficie de cette position géographique stratégique qui est à la fois une entrée vers l’Ile de France et une ouverture vers les ports d’Europe du Nord.

Renforcer donc le port du Havre, c’est restructurer toute une région et mettre en place une nouvelle ʺautoroute économiqueʺ pour le Grand Paris et la France. Par un nouvel aménagement des structures portuaires, mais aussi ferroviaires.

Les travaux du canal sont censés débuter en 2017, pour une mise en service prévue en 2023. Tel que décidé aujourd’hui par le gouvernement socialiste de Manuel Valls, le choix du projet de création du canal tue le projet de renforcement du port…

Richard POGLIANO – Président du Cercle de Nice

Les commentaires sont fermés.