UN « 9 MARS » QUI VAUT PLUS DE « 3,5 MILLIARDS » D’EUROS

A la suite de la réussite de la mobilisation syndicale du 9 mars contre la loi El Khomri, et à quatorze mois de l’élection présidentielle, le gouvernement annonce des dépenses (non financées ?), qui sentent bon la campagne… électorale !
Pas un vrai programme, non !
Juste satisfaire ses futurs électeurs…
D’abord les 5,5 millions de fonctionnaires des trois fonctions publiques, l’Etat, l’hôpital (payés par l’Etat) et les collectivités locales. Depuis 2010, le point d’indice de chaque grade et chaque échelon administratif, qui sert à fixer le salaire de base (hors prime), n’avait pas été revalorisé. C’est pour ne pas aggraver le déficit des comptes publics que la masse salariale de la fonction publique avait été bloquée. La proposition du gouvernement d’une hausse minima de 1% de point d’indice, devrait coûter entre 2 milliards et, plutôt, 2,5 milliards d’euros.

Ensuite, les jeunes de 18 à 25 ans qui sont sans emploi ni formation se verront offrir une aide financière de plus de 460 euros par mois, assortie d’un accompagnement renforcé pour trouver un emploi, ou assortie d’une formation spécifique. C’est la « garantie jeunes » qui devrait concerner 150 000 jeunes par an. Et un coût d’environ 1 milliard d’euros, comprenant l’allocation et son accompagnement.

Enfin, certes de moindre importance, l’affectation à l’ANR (qui finance la recherche publique et est dotée par l’Etat d’un budget de 528 millions d’euros, en baisse constante) de moyens supplémentaires, dont les enveloppes ne sont pas encore fixées, mais d’au moins 10 millions d’euros dès 2016.
C’est donc plus de 3,5 milliards d’euros qui vont peser sur les comptes de la nation. Certes, la France devrait afficher déficit légèrement moins important que les 3,8% du PIB initialement annoncés pour 2015. Mais l’objectif de 3,3% pour 2016 est loin d’être réalisé, car la croissance économique stagne toujours à +1,1% en 2015, et semble ne pas vouloir décoller en 2016.

C’est donc plus de 3,5 milliards d’euros dont il va bien falloir trouver le financement. D’autant que ce geste… électoral risque d’en appeler d’autre, car les syndicats sont toujours « vent debout »…
Pour FO, « ce qui est pris est pris, mais pour nous cette hausse n’est qu’une première étape »et pour la CGT, « nous, on attend 2% de hausse immédiate et des mesures de rattrapage jusqu’en mai 2017 » !

A bon entendeur…
Richard POGLIANO

Les commentaires sont fermés.