SANTE : LES PROVOCATIONS DU GOUVERNEMENT

Les professionnels de santé libéraux manifestent une nouvelle fois contre le projet ʺLa loi de santéʺ de Marisol Touraine, particulièrement contre la généralisation du tiers payant, qui permet aux patients de ne pas avancer d’argent lors d’une consultation et qui doit être mis en place d’ici fin 2017.

Contrairement aux affirmations de la ministre de la Santé la question de l’accessibilité aux soins ne saurait se limiter à la généralisation du tiers-payant. Loin de constituer un progrès, celle-ci aboutit uniquement à une étatisation de la santé qui ne réglera nullement les vrais problèmes auxquels nous devons faire face : inégalités territoriales entre les zones urbaines et les zones rurales, délais d’obtention de rendez-vous pour des consultations spécialisées ou examens complémentaires nécessitants des plateaux techniques ou équipements lourds (Table de coronarographie, IRM…), etc.

« Nous voulons que la totalité des moyens disponibles soient utilisés à soigner la population et pas à administrer la santé » plaide Claude Leicher, président du syndicat MG France. De plus, continue-t-il, « On est aujourd’hui à 600 régimes complémentaires, 25 régimes obligatoires, opérés par 86 organismes différents. Nous ne ferons pas ce tiers payant compliqué. Si le système était simple, je pense que les médecins le prendraient. »

Alors, même si selon les sondages la mesure de Marisol Touraine est populaire auprès des Français, ce projet de loi ne définit aucunement la stratégie de santé nécessaire pour relancer notre système de santé, dont le déficit a atteint 11,7 milliards d’euros en 2014, contre 9,6 milliards initialement prévus.

Comme tous les Français, nous sommes attachés à un système de santé basé sur la coexistence d’un secteur public et d’un secteur privé qui, ensemble, assurent l’accès à des soins de qualité grâce à la solidarité nationale.

Mais il faut dénoncer la volonté du Gouvernement qui, pour des raisons purement dogmatiques et idéologiques, a créé les conditions pour mettre en péril l’existence même de la médecine libérale et de l’hospitalisation privée en France, notamment avec l’exclusion des établissements de santé privés des missions de service public ou bien la création d’un « Service Territorial de Santé au Public (STSP) » où la place des médecins libéraux est ignorée…


Richard POGLIANO – Président du Cercle de Nice

Les commentaires sont fermés.