REGARDS EN COIN (68)

Quelques brèves réflexions et analyses sur tout sujet, des faits divers à l’actualité politique, des textes courts, c’est ʺRegards en Coinʺ.

1. Pour une police de proximité
2. Après le Brexit, le Grexit ?
3. Le douanier virtuel
4. Hyperloop : 1220 kilomètres-heure
5. Le rugby perd son âme
6. Vaincre Alzheimer
7. A lire… « Promenades en bord de mer »

 

1-Pour une police de proximité

En 2003, Nicolas Sarkozy, ministre de l’Intérieur, supprimait la police de proximité.

« Depuis plusieurs années, sous les gouvernements de droite comme de gauche, la tendance est allée à la recentralisation des forces », estime Patrice Ribeiro (*), secrétaire général du syndicat Synergie-Officiers.

C’est une démarche inverse de la proximité.

Pourtant, une police de proximité ne serait-elle pas le meilleur moyen de rapprocher les agents de la population, y compris dans les quartiers sensibles ?

Bien sûr, le maintien de notre police nationale et de ses objectifs, la sécurité publique, l’investigation et le maintien de l’ordre, est indispensable, son développement aussi.

Avec la police de proximité, il s’agit d’un autre corps de policiers.
Un déploiement de policiers sur le terrain, dotés d’une véritable marge d’autonomie, ainsi que cela se pratique dans des pays comme le Canada. Un nouveau corps de policiers, spécifiquement formés, ayant une présence régulière dans les quartiers et des contacts fréquents avec les habitants. Un corps qui complèterait les missions actuelles de notre police nationale, qui se rajouterait sans se substituer, et qui lui serait donc totalement en appui.

Certes, rien n’est gagné d’avance, surtout dans certains endroits où la police ne semble plus avoir droit de citer.

Il est donc plus qu’urgent d’agir.

Tout est une question de moyen, car là où il y a une volonté, il y a un chemin…

(*)L’Express-3425-22022017-58/59-PascalCeaux

 

2-Après le Brexit, le Grexit ?

En Allemagne, la sortie de la Grèce de l’Union Européenne, le Grexit, fait la une de toute la presse… l’Allemagne est favorable au Grexit !

Comment en est-on arrivé là ?

Réunis le 20 février dernier (*) à Bruxelles, les ministres des Finances de la zone euro ont débattu du déblocage de 6 milliards d’aide, indispensable à Athènes pour faire face à ses échéances de juillet 2017.
Pour ce faire, la Grèce a dû accepter de nouvelles mesures d’austérité, notamment sur les retraites.

Wolgang Schäuble, ministre allemande des Finances, proGrexiter acharné et inflexible père fouettard des plans d’austérité, s’est opposé au Fonds Monétaire International (FMI) qui, depuis le troisième plan d’aide à la Grèce de juillet 2015, milite pour un étalement de la dette hellène, qu’il estime intenable, ayant toujours en tête l’idée de quitter la table des créanciers.

Mais… sous la pression des Allemands, les Européens refusent de réduire le fardeau financier grec.

« Sans cet allégement le plan de soutien ne tient pas la route », objecte Frédérique Cerisier, économiste à BNP Paribas. Pour elle, nous ne sommes « pas face à un problème financier, car les Européens ont les moyens d’y répondre. Mais face à une question de crédibilité ».

Après sept années de crise, véritable séisme social comparable à celui des années 30, les Grecs sont au bord du gouffre…

(*)Challenges-510-230217-32

   

3-Le douanier virtuel

C’est un véritable douanier virtuel qui entre en fonction dans les aéroports canadiens (*).

Développée à l’Université de San Diego (Etats-Unis), cette machine aurait la capacité de détecter les moindres changements dans le mouvement des yeux, la voix, les gestes, la posture : autant de signes de nervosité et donc potentiellement de mensonges.

Baptisée ʺ Avatar ʺ, elle se présente sous la forme d’un guichet avec un écran reproduisant le visage d’un personnage virtuel.
Celui-ci interroge le passager sur des sujets anodins pour le mettre en confiance (« Transportez-vous des fruits ou des légumes dans votre valise ? ») avant de poser des questions plus sensibles (« Portez-vous une arme »).
En cas de doute, un douanier humain vient à la rescousse…

Une virtualité à adapter à d’autres possibilités ?
Sûrement, mais ʺ Avatar ʺ doit encore progresser dans l’apprentissage des comportements grâce à son système d’intelligence artificielle…

(*)Challenges-509-160217/30

 

4-Hyperloop : 1220 kilomètres-heure

Plusieurs sociétés (1) s’apprête à tester un moyen de transport révolutionnaire : l’Hyperloop (*), un train futuriste capable de propulser dans des tubes sous vide des passagers à 1220 kilomètres-heure, une vitesse juste au-dessus du mur du son.

Il faut dire que les lignes de TGV classique ont atteint leurs limites, car compte tenu des coûts liés à l’usure des freins et rails, elles ne sont plus rentables au-delà de 300 kilomètres-heure.

Pour aller plus vite, il faut une rupture technologique.

C’est ce que propose Hyperloop, le nouveau mode de propulsion à sustentation électromagnétique. Ses cabines pressurisées seront propulsées dans un tube à basse pression par un moteur à induction linéaire, une technologie déjà expérimentée au Japon avec le train Maglev. Des aimants maintiendront les capsules au-dessus des rails, en lévitation. Et, comme le tube se trouve presque entièrement vidé de son air, les frottements et le poids de l’appareil seront réduits au minimum. Toutes les technologies nécessaires existent. Il s’agit simplement de les imbriquer.

A terme, l’Hyperloop aura la vitesse d’un avion, le confort d’une voiture, la simplicité d’un ascenseur et le débit d’un système de métro…

Reste que de très nombreuses questions se posent…
Comment intégrer un réseau de tubes de plusieurs centaines de kilomètres dans le paysage urbain ? Comment convaincre les passagers de voyager dans ces tuyaux high-tech ? Comment faire sortir les passagers en cas d’accident ?

Il n’empêche, rien n’arrête l’hyperloopmania…

(1)Notamment une société française Hyperloop TT qui mène une série d’essais à Toulouse et en Californie et une entreprise américaine Hyperloop One qui réalise ses premiers tests en plein air dans le désert du Nevada et promet  de commercialiser une ligne Hyperloop en 2021.
(*)L’Express-010317-97/99-SébastienJulian

 

5-Le rugby perd son âme

Le Racing 92 et le Stade français vont fusionner (*) : la région parisienne n’aura bientôt plus qu’un seul club de rugby de haut niveau.

Dans le monde de l’ovalie, aux accents du Sud-Ouest fièrement marqués, la présence de deux clubs parisiens en haut de l’affiche relevait presque de l’anomalie. Pourtant, rien de plus normal qu’une capitale possède ses lopins de terre, ses vestiaires embués et ses poteaux consacrés au rugby.

Le Racing 92, et son maillot rayé de ciel et de blanc, et le Stade français, aux éclairs forgés sur l’armure de joueurs-mannequins annuellement dépoitraillés pour le compte de leur calendrier, ont décidé d’unir leurs destinées. Si l’ambition est de chatouiller, à nouveau, les sommets européens, le nouvel attelage aura sacrifié deux blasons sur l’autel de l’argent roi, du bling-bling et du sport moderne dans ce qu’il a de moins ragoûtant.

L’essence des sports collectifs réside dans l’âme des clubs, forgée dans l’Histoire, les victoires et les défaites, les joueurs de légende, la boue et les tranchées. L’imaginaire du rugby s’est construit mêlée après mêlée, de maul en maul, essai après essai, face à des adversaires contre lesquels la victoire a toujours été plus savoureuse lorsque l’on aperçoit son clocher dans le proche lointain propre aux voisinages de campagne.

Il n’y aura donc plus de querelles picrocholines entre Racingmen et Stadistes aux destins désormais enlacés, pour le meilleur et, craint-on, pour le pire.

Rapidement, les sympathisants des deux clubs ont manifesté, probablement en vain, leur mécontentement. Ils furent rapidement relayés par quelques joueurs phares, preuve que les rugbymen n’ont pas encore atteint le niveau de déracinement des footballeurs.

Ce lundi 13 mars, le rugby français et le rugby tout court ont perdu un peu de leur âme et, avec elle, ce qui faisait la beauté d’un sport de moins en moins épargné par les coups de boutoir du monde tel qu’il évolue…

(*)D’aprèsBdVoltaire

 

6-Vaincre Alzheimer

Un médicament anti-Alzheimer pour régénérer les dents (*).

C’est l’originale conclusion de travaux menés à l’Imperial College of London (Grande-Bretagne).

Si les résultats ont été obtenus sur la souris, les scientifiques espèrent qu’ils conduiront à terme à la fin des plombages chez les humains.

L’idée est de forer des microcavités dans les dents et d’appliquer du tideglusib, qui semble stimuler la régénération naturelle par les cellules souches dentaires.

A suivre…


(*)Challenges-510-230217-30

 

 

7-A lire… « Promenades en bord de mer »    

« Un quart d’heure passé dehors, même s’il pleut, ce n’est pas un quart d’heure de perdu […] Le luxe, c’est d’ouvrir sa fenêtre et qu’il n’y ait personne à 200 kilomètres à la ronde » (*).

C’est ainsi que parle ce loup des mers que le monde de la course au large surnomme ʺl’Amiralʺ, Olivier de Kersauson.

Et encore. Facebook ? « J’ai regardé une fois ou deux, c’est monstrueux ». L’actualité ? « Je m’en fiche complètement. C’est souvent plus du buzz que de la réflexion ». La politique ? « Je me méfie des prosélytismes de tous bords ». A un journaliste qui l’interviewait : « Je vous trouve sympa, mais vous ne valez pas un coucher de soleil… ».

Marin devenu écrivain, Olivier de Kersauson publie son cinquième livre ʺPromenades en bord de mer et autres étonnements heureux ʺ (Edit. Cherche Midi, 256 pages, 18,50 €).

Un livre à part, écrit par un homme à part. Loin de l’agitation et des préoccupations de notre monde d’aujourd’hui. Une succession de choses vues qui expriment la beauté et l’apaisement. Un voyage ailleurs comme un conte, du récit d’une traversée vers les îles Marquise à celui d’une aube à Paris.

A lire, tout simplement…

(*)ValeursActuelles-090317-56/58-DenisTugdual

 

Richard POGLIANO

Les commentaires sont fermés.