REGARDS EN COIN (54)

Quelques brèves réflexions et analyses sur tout sujet, des faits divers à l’actualité politique, des textes courts, c’est ʺRegards en Coinʺ.

1. Borloo l’Africain
2. Janet Yellen contre Mario Draghi
3. La Russie en Syrie
4. Trois milliards d’internautes (1)
5. La révolution du Saphir
6. A lire… « Le Code secret de l’Univers »

 

 

 

 

1-Borloo l’Africain

 

Pour mener à bien son projet de « Plan massif d’électrification de l’Afrique », Jean-Louis Borloo a parcouru plus d’un million de kilomètres (*)  afin de voir tous les Chefs d’Etat du continent africain.

« J’ai créé les conditions de l’accord de 82 pays. L’outil est prêt. Il manque juste le moment de cristallisation ». C’est le moment où tous les Chefs d’Etat réunis doivent signer l’accord, et donc prendre des engagements. «  J’ai fait le boulot, à eux de prendre le relais », estime Jean-Louis Borloo.

Pour autant, Jean-Louis Borloo reste très informé de la situation politique française.

«  La bataille politique ne fait que commencer » et, pense-t-il, le vainqueur de la primaire de novembre aurait tort de se croire le vainqueur de la présidentielle de 2017. « Hollande n’a pas encore perdu », prévient-il.

Jean-Louis Borloo n’interviendra pas dans le débat de la primaire, en revanche, il se fera entendre dans la campagne présidentielle…

 

(*)LeFigMag-22439-30092016-26-CarlMeeus

 

2-Janet Yellen contre Mario Draghi

Janet Yellen, présidente de la Réserve Fédérale des Etats-Unis (FED) et Mario Draghi, à la tête de la Banque Centrale Européenne (BCE) avancent dans deux directions opposées.

Si les Américains ont  précédé les Européens sur la voie de la souplesse monétaire (*), c’est parce qu’ils ont très vite compris que la crise financière de 2007 appelait des solutions monétaires. Tandis que l’Europe s’obstinait dans la rigueur chère à Jean-Claude Trichet, l’Amérique faisait massivement marcher la planche à billets pour relancer la croissance.

Cette politique volontariste des Américains a porté ses fruits, alors qu’en Europe, le retour de la croissance  se fait toujours désiré.

Et même si Mario Draghi a pris le train avec retard, avec une politique monétaire assoupli et d’importants rachats de la dette publique, plus de 60 milliards d’euros par mois, même si l’Europe connaît des taux d’intérêt historiquement bas, qui profitent aussi bien aux pays les plus endettés et aux particuliers qui empruntent, il n’est pas sûr que cela soit suffisant pour relancer l’économie européenne.

Ce qu’il fallait faire hier, ne suffit plus aujourd’hui.
La FED l’a fait il y a dix ans !
Nous faudra-t-il attendre dix ans ?

Aujourd’hui la seule solution, pour l’Europe, c’est une politique de lourds investissements qui doit accompagner la politique monétaire de la BCE.


(*)Figmag-22355-24062016-28-GhislainDeMontalembert

 

 

3-La Russie en Syrie

Qu’on le veule ou non, la Russie s’impose comme un acteur tout-puissant sur le théâtre syrien. Car contrairement aux 18 Etats de la coalition occidentale, Moscou dispose d’un atout de taille : la présence de son armée sur le sol syrien, notamment sur la base navale de Tartous, où la flotte russe a considérablement augmenté sa présence, ainsi que dans l’aéroport de Lattaquié, d’où décollent ses chasseurs et ses bombardiers.

Cette situation permet à Vladimir Poutine de toujours disposer d’un coup d’avance. Pour Philippe Migault (*), chercheur et fin connaisseur de la Russie, « On négocie toujours avec des gens qui ont des moyens sur le terrain. Les Russes sont donc devenus des interlocuteurs incontournables dans la perspective des pourparlers qui, d’une façon ou d’une autre, devront être menés pour mettre en place l’après-Bachar el-Assad.
Cette configuration distribue les cartes de la diplomatie internationale, les Occidentaux et les Américains devant obligatoirement négocier avec les Russes et ce, pour la première fois depuis la chute de l’URSS en 1991…

(*)LeFigmag-22141-1610201-28-GD

 

4- Trois milliards d’internautes (1)

 

On dénombre aujourd’hui plus de 3 milliards d’internautes, soit 42% de la population mondiale (*).

Cette croissance constante de la couverture internet (+10% par an) cache pourtant de fortes inégalités régionales.

Ainsi, 81% de la population d’Amérique du Nord est connectée, 78% de celle de l’Europe de l’Ouest (83% en France), mais seulement 18% de l’Afrique et 12% de l’Asie du Sud. Un grand pays comme l’Inde plafonne à 18% alors que la Norvège affole les compteurs avec 96,3% de connectés.

Ces disparités proviennent de plusieurs facteurs : le niveau d’industrialisation de pays, mais aussi la quantité de liaisons mises en place.

Le réseau internet est en effet véhiculé à 99% au travers des câbles sous-marins (1% par satellite) qui tapissent le fond des océans, soit 1,3 millions de kilomètres qui représentent près de deux allers-retours Terre-Lune. Ils partent en priorité des Etats-Unis vers l’Europe et vers l’Asie du Sud.

(à suivre)

(*)Figmag-22277-25032016-28-PascalGrandmaison

 

 

5-La révolution du Saphir

 

Une technique par chauffage à haute température permet de produire un film en cristal de saphir, dont la résistance aux chocs est 4 fois supérieure aux revêtements actuels. Ce revêtement peut-être utilisé dans de nombreux domaines tels que l’aéronautique, l’automobile, l’audiovisuel, le bâtiment, la téléphonie, etc.

Le professeur Kok-Wai Cheah de l’université baptiste de Hongkong a inventé un procédé innovant permettant de durcir considérablement le verre avec une couche de saphir synthétique ultrarésistante, avec l’espoir de le rendre définitivement incassable sans l’épaissir outre mesure.

Les grands fabricants de smartphone se livrent une guerre ouverte sur l’écran incassable. Apple est notamment soupçonné de phagocyter la production mondiale de cristal de saphir pour les écrans de ses futurs appareils.

La guerre du saphir ne fait que commencer…

(*) LeFigMag-22308-29042016-28-ChristopheDoré

 

 

6- A lire… «Le Code secret de l’Univers»

 

Dans leur dernier ouvrage les frères Bogdanov (« Le Code secret de l’Univers » d’Igor et Crichka Bogdanov, 316p., 20 euros) posent la question de Dieu et affirment l’existence d’un code mathématique précédant la matière et gouvernant l’Univers.

Confirmé par la NASA, l’astronome américain Percival Lowell avait pressenti ce phénomène dès 1895, avec ses fameux « canaux martiens » : pour peu que certaines conditions astronomiques et physiques soient réunies, la vie ne demande qu’à apparaître…

L’Univers n’est pas né par hasard, il est gouverné, structuré par des lois qui s’emboîtent les unes dans les autres. Il existe donc une solution régulière qui nous a fait passer de l’émergence de l’Univers au moment du big bang, à l’émergence de la vie.

Les structures biochimiques et biologiques dépendent des lois inscrites très tôt dans l’histoire de l’Univers, à l’instant zéro, c’est-à-dire avant le big bang.

Les observations astronomiques attestent que le big bang  – qui marque le début de l’expansion cosmique –  s’est produit  il y a 13 milliards 820 millions d’années, à l’instant de Planck, infinitésimale fraction de seconde, 10 puissance -43 secondes après l’instant zéro, lequel se situe dans un temps qui n’existe pas encore. Ce temps-là, mesuré par des nombres imaginaires, dont le carré est toujours négatif, est ce que les mathématiciens appellent le temps imaginaire.

Igor et Crichka Bogdanov sont les premiers à avoir étudié la question de l’Univers avant le big bang.
Crichka est docteur en mathématiques, Igor en physique théorique…

 

Richard POGLIANO

Les commentaires sont fermés.