REGARDS EN COIN (80)

Quelques brèves réflexions et analyses sur tout sujet, des faits divers à l’actualité politique, des textes courts, c’est ʺRegards en Coinʺ.

1. Loi antiterroriste
2. Loi travail
3. Hawaii signe l’accord de Paris
4. Crise diplomatique dans le Golfe
5. Une Française « Nobel Asiatique » des maths
6. « Vieilles Canailles »
7. A lire… « La République des Apparatchiks »

1.► Loi antiterroriste
L’état d’urgence bientôt intégré dans le droit commun (*)? C’est ce que révèle Le Monde dans un article publié sur son site. Selon le quotidien du soir, le gouvernement, emmené par Édouard Philippe, aurait ainsi soumis ce mercredi 7 juin au matin au Conseil de défense un projet de loi « renforçant la lutte contre le terrorisme et la sécurité intérieure ». Le Monde, qui a pu consulter ce texte, confirme que, si celui-ci était adopté, toutes les mesures de l’état d’urgence seraient alors normalisées.
« Assignations à résidence, perquisitions administratives, fermeture de lieux de culte, zones de protection et de sécurité, toutes ces mesures emblématiques du régime d’exception créé en 1955 pendant la guerre d’Algérie et perfectionné par touches successives depuis les attentats du 13 novembre 2015, devraient se retrouver dans le droit commun avec quelques modifications marginales », rapporte le quotidien.
Avec ce projet de loi qui sera présenté en conseil des ministres le 21 juin prochain (soit trois jours après les élections législatives), le gouvernement répond donc à sa promesse de sortir de l’état d’urgence, mais en inscrivant les mesures phares de ce régime dans le droit commun.
Deux jours après l’attentat de Manchester, qui a fait 22 morts durant le concert d’Ariana Grande, le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb avait déclaré que l’état d’urgence serait prolongé jusqu’au 1er novembre prochain « maximum » et qu’une loi antiterroriste serait mise en place pour en sortir.
Instauré depuis les attentats du 13 novembre 2015, l’état d’urgence est prolongé en France depuis maintenant près de vingt mois. Le Monde nous apprend donc que, si ce projet de loi était adopté, les assignations à résidence pourraient être prononcées jusqu’à trois mois renouvelables et les perquisitions administratives autorisées. Avec cette loi, l’exploitation des données numériques saisies ne nécessitera que l’autorisation d’un juge administratif et la fermeture temporaire des lieux de culte (six mois) par les préfets sera facilitée si « les propos qui y sont tenus, les idées ou les théories qui y sont diffusées ou les activités qui s’y déroulent, provoquent à la discrimination, à la haine, à la violence, à la commission d’actes de terrorisme en France ou à l’étranger, ou font l’apologie de tels agissements ou de tels actes ».
Sur certains points, le texte de loi va même plus loin qu’auparavant : le ministre de l’Intérieur pourra par exemple désormais décider de placer une personne suspecte sous bracelet électronique. « Cette mesure avait bien été introduite dans la loi de l’état d’urgence à l’occasion de sa première prorogation en décembre 2015. Mais le ministère de l’intérieur ne s’en était pas servi, de peur de son inconstitutionnalité », souligne Le Monde.
(*)Konbini-08062017-CyrielleBedu

2.► Loi travail
D’après le document gouvernemental présentant les grandes lignes de la réforme du code du travail, le projet de loi qui autorise les ordonnances sera présenté en conseil des ministres le 28 juin.
La publication des ordonnances est prévue « à la fin de l’été », explique le document. Entre temps, le gouvernement poursuivra ses consultations avec les partenaires sociaux en deux phases, de juin à juillet, puis d’août à début septembre.
La réforme du code du travail sera suivie par celle de l’assurance chômage qui sera étendue aux démissionnaires et aux indépendants. Cette réforme sera mise en œuvre progressivement à partir de l’été 2018.

3.► Hawaii signe l’accord de Paris
Malgré la décision de Donald Trump de retirer les États-Unis de l’accord de Paris sur le climat, de nombreuses villes et grandes entreprises américaines ont décidé d’entrer en résistance, et de respecter malgré tout les objectifs de l’accord que le président a balayé d’un revers de la main. Ils ne sont pas les seuls…
Des États américains ont également décidé d’entrer dans la danse de la défense climatique. Premier en date (*) : Hawaii, qui a signé ce mercredi 7 juin l’accord de Paris sur le climat. Un véritable pied de nez à l’administration Trump.
Après avoir signé l’accord en présence d’élus locaux, le gouverneur de l’État, David Ige, s’est exprimé sur l’importance de se battre contre le changement climatique, notamment pour des archipels comme le sien, Hawaii étant constitué de 137 îles :
« Ici à Hawaii, la bonne santé de nos ressources naturelles est essentielle à notre mode de vie, à notre économie et à notre culture. L’environnement naturel d’Hawaii constitue le fondement de notre mode de vie. Pourtant, l’environnement naturel d’Hawaii est menacé. Le changement climatique est réel, contrairement à ce que certains peuvent dire.
Hawaii est le premier à en subir les impacts : les marées sont plus importantes, la biodiversité diminue, le corail blanchit, il y a une érosion des côtes, le climat va devenir plus extrême. Nous devons prendre conscience de ces réalités chez nous. C’est pourquoi Hawaii est uni dans ce combat politique contre le changement climatique. »
(*)Konbini-09062017-CyrielleBedu

4.► Crise diplomatique dans le Golfe
Le Qatar se retrouve en position de fragilité ce lundi. Sur les six pays (dont le Qatar) composant le conseil de coopération du Golfe, trois d’entre eux – l’Arabie Saoudite, Bahreïn et les Emirats arabes unis – ont brusquement annoncé qu’ils cessaient toute relation diplomatique avec Doha.
Puissance régionale, l’Egypte a également décidé de suivre la même voie. Pour justifier cette décision, les pays évoquent le soutien au terrorisme dont serait coupable le Qatar. « Le Qatar accueille divers groupes terroristes pour déstabiliser la région, comme la confrérie des Frères musulmans, Daesh (acronyme en arabe de l’EI) et Al-Qaïda » a accusé un responsable saoudien. L’Arabie Saoudite, tout comme l’Egypte, a décidé de fermer toutes ses frontières (terrestre, maritime, aérienne) aux Qataris.
Doha a réagi ce lundi matin. Dans un communiqué, le pays dénonce des mesures « injustifiées » et « sans fondement », qui ont « un objectif clair : placer l’Etat (du Qatar) sous tutelle, ce qui marque une violation de sa souveraineté ».
Cette crise intervient alors que les autorités qataries ont affirmé la semaine dernière avoir été victime de « hackers » ayant publié sur le site internet de l’agence de presse officielle QNA de faux propos attribués à l’émir cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani.
Ces propos controversés rompaient avec le consensus régional sur plusieurs sujets sensibles, notamment l’Iran, vu comme un allié stratégique alors qu’il vient d’être accusé par l’Arabie saoudite d’être « le fer de lance du terrorisme ». Ils contenaient aussi des commentaires négatifs sur les relations entre l’administration de Donald Trump et le Qatar, pourtant un proche allié des Etats-Unis.

5.► Une Française « Nobel Asiatique » des maths
La légende prétend qu’Alfred Nobel n’a pas créé de prix portant son nom en mathématiques car il refusait que celui-ci fût attribué au grand mathématicien Abel (qui était, paraît-il, l’amant de sa femme). La vérité est plus prosaïque. Il n’y avait à l’origine que cinq prix et il fallait faire un choix (l’économie a été rajoutée ultérieurement) (*).
Les mathématiques ont fini par avoir leurs propres distinctions aussi prestigieuses que les Nobel. Il y en a trois : la médaille Fields, le prix Abel (du nom du prétendu rival de l’industriel suédois) et le prix Shaw, moins connu, mais tout aussi lucratif que les autres, car doté d’un million de dollars américains. On surnomme ce dernier le prix Nobel asiatique, car il a été fondé par Run Run Shaw, un magnat hongkongais.
Cette année, c’est une Française, Claire Voisin, qui l’a obtenu. Âgée de 55 ans, Mme Voisin a été élève de l’École normale de Sèvres (aujourd’hui déplacée à Lyon et devenue mixte). Elle est une pédagogue exigeante, mais enthousiasmante. Elle a été la première mathématicienne à entrer au Collège de France, où elle occupe la chaire de géométrie algébrique, domaine où elle excelle. Peu de personnes sont capables d’apprécier la finesse et l’étendue de ses travaux, tant ils sont ardus.
(*)BdVoltaire-07062017-ChristianDeMoliner

6.► « Vieilles Canailles »
Johnny Hallyday, Eddy Mitchell et Jacques Dutronc ont présenté la tournée Vieilles Canailles lors d’une conférence de presse (*)…
Johnny Hallyday se sent prêt à remonter sur scène. « J’avais à cœur de faire cette tournée car pour moi c’est bénéfique moralement », a-t-il confié lors de la conférence de presse de présentation de la tournée Vieilles Canailles, ce mardi.
Il faut dire que depuis qu’il a révélé, le 8 mars dernier, qu’il souffrait d’un cancer du poumon, la santé du rocker est devenue une préoccupation nationale. Le taulier reprend pourtant la route pour 17 dates, du 10 juin au 5 juillet, aux côtés de deux autres monstres sacrés de la chanson française, Eddy Mitchell et Jacques Dutronc.
La star, qui fêtera ses 74 ans le 15 juin, est « très heureux de retrouver (ses) compères ». « Avec mes camarades les Vieilles Canailles, on s’amuse beaucoup, on fait des blagues », a raconté Johnny, revenant sur sa première rencontre avec eux, alors qu’il était âgé de 15 ans. « Je vais du mieux possible, je me soigne, je lutte, je me bats et j’espère bien m’en sortir », a rassuré l’artiste qui a définitivement quitté la cigarette.
« Ce que j’aime chez Johnny, c’est que c’est Robocop a lui tout seul, il est recousu de partout mais c’est un battant », a confié son vieil ami Eddy Mitchell, vêtu d’un perfecto noir comme ses acolytes. « Ce que j’aime chez Eddy, c’est qu’il n’aime rien, quant à Jacques, c’est resté un enfant pudique. Jacques est très timide », a raconté Johnny Hallyday. « Toi aussi t’es timide », a rétorqué Jacques Dutronc.
« Le but de ce spectacle, c’est de se foutre un peu de notre gueule », a plaisanté l’éternel « idole des jeunes », évoquant le Rat Pack, formation des années 1950 qui avait réuni les grandes stars américaines du moment autour de Frank Sinatra.
Le trio s’est déjà produit en 2014 à Bercy et avait entonné des chansons des uns et des autres interprétées en solo, en duo ou en trio. « C’était dommage de n’avoir fait que Paris la première fois, beaucoup de fans me demandaient de venir la faire en province », raconte Johnny Hallyday, à l’initiative de cette nouvelle tournée.
« Il y aura un grand orchestre, les trois compères entrent en scène et entonnent Les Play-boys de Dutronc et après on enchaîne », a décrit Eddy Mitchell, et précisant que c’était « plus ou moins le même spectacle ». Un show qui sera retransmis en direct sur TF1 le 24 juin.
(*)20Minutes-AFP-07062017

7.► A lire… « La République des Apparatchiks »
Professionnels de la politique et opportunistes, ce sont tous ces apparatchiks, jeunes ou moins jeunes, trentenaires ou quadras qui gravitent dans les allées du pouvoir et/ou dans les couloirs des partis politiques…
Ils ne connaissent de carrière que celle de la politique, attachés parlementaires d’un député ou d’un sénateur, collaborateurs de cabinet d’un exécutif départemental ou municipal, chargés de missions d’un ministère, bref ils ont été élevés aux grains du système…
C’est ce monde là que nous décrit Jean-Baptiste Forray, dans un livre au vitriol, « La République des Apparatchiks », aux Editions Fayard (240 p., 18€).
Si vous voulez tout savoir sur ces apparatchiks, de Najat Vallaud-Belkacem (PS) à Gérald Darmanin (LR), désormais ministre du Budget, en passant par Razzy Hammadi (PS), Sébastien Chenu (FN) ou Jean-Vincent Placé (ex-EELV) entre autres, plongez-vous dans cette véritable enquête sur ces professionnels de la politique.
Très enrichissant, en cette période de législatives…
(*)Challenges-525-08062017/43-DB

Richard POGLIANO

Les commentaires sont fermés.