REGARDS EN COIN (58)

Quelques brèves réflexions et analyses sur tout sujet, des faits divers à l’actualité politique, des textes courts, c’est ʺRegards en Coinʺ.

1. A propos du revenu universel
2. La première femme directrice du Trésor
3. La Chine investit en France
4. Les enfants en danger (2)
5. Amazon zappe les grandes surfaces
6. A lire… « Un fantasme nommé Juppé »

 

 

1- A propos du revenu universel

On en parle beaucoup, à droite comme à gauche !
Pourtant, l’idée n’est pas nouvelle… le revenu universel, ça date d’il y a au moins trois siècles !

De quoi s’agit-il ?

Revenu universel, revenu d’existence, allocation universelle, revenu de base…
Tout cela pour désigner la même chose : une allocation individuelle et inconditionnelle dont le versement est garanti par la société.
Le revenu de base ne peut s’accompagner d’aucune condition de ressources ou d’exigence de contrepartie.
Bref, chacun y a droit, quelle que soit sa situation, les hyperpauvres comme les mégariches.
Et ce revenu de base serait versé de la naissance à la mort, y compris, donc, aux enfants.

Les tenants de ce revenu de base sont de plus en plus nombreux.
Les uns ont l’objectif d’aboutir à une société sans extrême pauvreté et même sans inégalités.
Les autres rêvent d’un monde où chaque femme, chaque homme, recevant une somme identique de l’Etat, serait ensuite seul maître de son destin.
Mais tous s’interrogent sur ce XXI° siècle où les robots vont prendre notre place derrière les ordinateurs, sur les chantiers.
Un XXI° siècle où il faudra donc imaginer un système qui compenserait la baisse des revenus du travail pour permettre notre survie.

Mais alors…
Comment le financer ? Quelles modalités ? Quel dispositif ? Actuel ? Futur ? Quel calendrier ? Que devient le rôle de l’Etat ? Et quid de la myriade de minima sociaux français (1) ?
Autant de questions, et bien d’autres encore, qui se posent…et sur lesquelles il faudrait sérieusement réfléchir, dans un avenir plus ou moins proche…


(*) LePoint-2304-03112016-76/79-BéatriceParrino&MarcVignaud

(1)En France, nous avons, au bas mot, dix minima sociaux :
– RSA (Revenu Minimum : Revenu de solidarité active),
– ASS (Fin de Droits au Chômage : Allocation de solidarité spécifique),
– ASPA (Minimum Vieillesse : Allocation de solidarité aux personnes âgées),
– PTS (Soutien jusqu’à la retraite : Prime transitoire de solidarité),
– RSO (Revenu de solidarité outre-mer),
– AV (Veuvage : Allocation veuvage),
– AAH (Handicap Invalidité : Allocation pour adultes handicapés),
– ASI (Handicap Invalidité : Allocation supplémentaire d’invalidité),
– ADA (Allocation pour les demandeurs d’asile),
– ATA (Divers : Allocation temporaire d’attente – expatrié de retour en France ou ancien détenu).

 

2- La première femme directrice du Trésor

A 51 ans, ancienne conseillère économique de Jean-Marc Ayrault, Odile Renaud-Basso est devenue la première femme directrice du Trésor. Elle a pris depuis quatre mois la tête de la plus prestigieuse direction du ministère des Finances.

Adepte du management décontracté (*), Odile Renaud-Basso tutoie tout le monde et fait la bise avant les réunions dans son bureau. Elle se retrouve pleinement dans les valeurs de la charte du mangement du Trésor instaurée en 2010 : ouverture, engagement, loyauté, esprit d’équipe.

La nouvelle directrice a surtout à cœur d’ouvrir les portes et les fenêtres d’une administration parfois accusée de repli sur soi et d’arrogance. Elle veut lancer une série de tête-à-tête avec les principaux leaders syndicaux, une première !, et s’apprête à créer un petit groupe d’économistes universitaires sur le fonctionnement de la zone euro.

Face aux politiques, elle défend son point de vue jusqu’au bout.
Mais conservera-t-elle son fauteuil en cas de victoire de la droite en 2017 ?

(*)Challenges-497-10112016-60/61-LaurentFargues

 

3- La Chine investit en France

Dix-huit milliards de dollars en 2014, vingt-trois milliards de dollars en 2015 !

Ces chiffres impressionnants (*) sont ceux des investissements de la Chine en Europe…

Sur ces 23 milliards de dollars investis pour acheter des entreprises européennes en 2015, 3,6 milliards de dollars ont été consacrés à la France.
Une progression spectaculaire quand on sait qu’en 2000, les Chinois étaient absents du sol français et qu’il y a dix ans, ils n’investissaient que 250 millions de dollars.

L’empire du Milieu investit tous azimuts en France.
Dans l’immobilier,  l’hôtellerie et le tourisme, pour plus de 80% des investissements chinois l’année dernière. Témoins, l’OPA de Fosun sur le Club Méditerranée, pour 939 millions d’euros, l’achat du Louvre Hotels Group par Jin Jiang, ou l’entrée au capital d’AccorHotels et celle de Pierre et Vacances.
Dans l’automobile, Dongfeng est entré au capital de PSA Peugeot Citroën pour 800 millions d’euros. Dans les transports et infrastructures, le consortium Symbiose (Shandong HiSpeed Group et Friedmann Pacific Asset Management) a acquis 49,9% du capital de l’aéroport Toulouse-Blagnac, et dans l’énergie française, le fonds souverain CIC a investi 2,2 milliards d’euros pour prendre 30% du capital de GDF Suez, devenu Engie.
Dans l’agroalimentaire, Shangai Sugar Cigarette and Wine (SSCW) a racheté 70% du capital de Diva Bordeaux et le chinois Synutra s’est allié avec Sodiaal, la première coopérative française (Yoplait, Candia, Entremont). Sans compter les terres à blé, orge et colza que le groupe industriel Hong-Yang rachète en France.

La stratégie chinoise d’investissement vis-à-vis de la France est de plus en plus agressive.

Le problème est qu’il n’y a pas de réciprocité… et que la France, contrairement à la Chine, n’a pas de vision de développement économique, que ce soit nationalement ou mondialement !

(*)VA-10112016-40/41-FrédéricPaya

 

4- Les enfants en danger (2)

 

[suite et fin]

Mieux protéger les enfants.

Les enfants en bas âge sont plus sensibles que les adultes à la pollution car leurs poumons, leur cerveau et leur système immunitaire ne sont pas encore complètement formés et leurs voies respiratoires sont aussi plus perméables.

Les jeunes enfants respirent également plus vite que les adultes et aspirent plus d’air relativement à leur masse corporelle.

Ceux qui sont les plus défavorisés, dont la santé est souvent plus fragile et qui ont un accès insuffisant aux soins, sont les plus vulnérables aux maladies liées à la pollution, relève l’Unicef.

Pour combattre ce fléau, l’Unicef demande aux dirigeants de la planète qui participeront à la COP22 de prendre plusieurs mesures d’urgence dans leurs pays respectifs pour améliorer la qualité de l’air et protéger les enfants.

L’agence onusienne les encourage notamment à faire davantage d’efforts pour se conformer aux normes internationales de qualité de l’air en réduisant le recours aux énergies fossiles et en développant davantage les sources d’énergies renouvelables.

L’Unicef leur demande aussi de faciliter l’accès des enfants aux soins médicaux, dont des campagnes de vaccination pour réduire leur vulnérabilité aux maladies respiratoire et de minimiser leur exposition à la pollution.

 

5- Amazon zappe les grandes surfaces

 

Le 8 novembre, le géant américain de l’e-commerce Amazon a lancé en France Dash Replenishment, une offre de réapprovisionnement automatique pour les appareils domestiques, comme les cartouches d’encre pour imprimante ou les tablettes de lessive pour lave-vaisselle.

Dans le même temps, le groupe de Jeff Bezos classé enseigne préférée des Français, lance le Dash Button, un bouton pour passer commande d’articles familiers et les recevoir un jour plus tard. Relié par Wi-Fi au smartphone du client et à son compte Amazon, dûment paramétré, il réduit l’acte d’achat à une simple pression.

Cette nouvelle offensive d’Amazon menace la grande distribution. Les couches ou la lessive, qui sont des produits d’appel pour les hypers, font venir les clients.

« Nous voulons améliorer sans cesse l’expérience client en supprimant tout ce qui est contraignant », explique Fréderic Duval, le patron d’Amazon France. Et notamment, de pousser son chariot dans un magasin !

D’autant qu’Amazon aligne les prix du Dash Button sur ceux des enseignes de supermarché…

(*)Challenges-497-10112016-34-KM

 

 

6- A lire… «Un fantasme nommé Juppé»

 

Cela fait quinze ans que la journaliste à la plume franche et acérée, Anna Cabana, se passionne pour le « cas Juppé ». Elle publie aujourd’hui  un ouvrage des plus incisifs, « Un fantasme nommé Juppé » (Edit. Stock, 216p., 18 euros), dans lequel le « cas Juppé » n’est pas ménagé.

D’abord, Juppé débine Juppé, à la troisième personne : « C’est comme ça, il est étiqueté arrogant, sec, froid, etc. Techno. Droit dans ses bottes. Voilà ». Et de terminer dans une pirouette : « J’ai renoncé à m’occuper de mon image. Elle est ce qu’elle est, basta ! ». Mais, dans le même temps, le célèbre cabaretier Michou précise : « C’est un mec gentil qui a des difficultés de contact ».

Alors, Juppé ?
Anna Cabana nous décrit un personnage complexe mais attachant, avec des défauts qui se sont transformés en autant de qualités… présidentielles ! Un personnage qui est l’envers de Nicolas Sarkozy et, désormais de François Hollande…

A lire à quelques jours du 1er tour de la primaire de la droite et du centre.

(*)Challenges-497-10112016-114-MauriceSzafran

Richard POGLIANO

Les commentaires sont fermés.