REGARDS EN COIN (44)

Quelques brèves réflexions et analyses sur tout sujet, des faits divers à l’actualité politique, des textes courts, c’est ʺRegards en Coinʺ.

1. La déconstruction de l’Ecole continue…
2. Une loi devenu absurde
3. Public-Privé : les différences
4. La Grèce au bord du précipice
5. Des sphères pour remplacer les roues
6. A lire… « Justice »

  1. La déconstruction de l’Ecole continue…

L’Ecole Républicaine devrait être un sanctuaire dont le seul objectif serait de donner à nos enfants toutes les chances, les mêmes chances pour tous, quelque soit  les appartenances  professionnelles, communautaires, religieuses, politiques, nationales ou ethniques. Et surtout enseigner l’excellence, pour tirer nos enfants vers le haut.

Aujourd’hui notre ministre de l’Education Nationale, Najat Vallaud-Belkacem, continue à déconstruire l’Ecole Française sur l’autel d’une soit disant  modernité qui ressemble plus, au mieux à du militantisme politique, au pire à des choix sociétaux.

Jugez par vous-même, en feuilletant les nouveaux manuels scolaires, conçus par les spécialistes dudit ministère.
Par exemple, dans le livre de 4ème aux éditions Nathan, un exercice de rédaction autour d’un SMS, écrit en « langage jeunes » : « Cc c mwa ! Sa va dps samedi ? G 1 truc a te dir jcroi kon devrè fer 1 brek… bz ». Et ça se répète de page en page…
Autre exemple, dans le cahier de physique-chimie de 3ème aux éditions Bordas, une étude sur la résistance du corps humain à l’électricité avec la mort du chanteur Claude François !
Et ça continue…

  1. Une loi devenu absurde

Lancée en février la « loi travail », dite loi El-Khomri, a été écrite et réécrite moult fois,  corrigée par les experts de Matignon, ceux de la CFDT, et amendée par les députés, notamment sous la pression de la rue. Bref, elle devenue aujourd’hui une usine à gaz dans laquelle une mère n’y retrouverait pas ses petits…

Même si la mesure emblématique sur le droit du licenciement économique est maintenue (les critères de licenciements économiques devaient être allégés pour pousser les entreprises à embaucher en CDI), elle est devenue si complexe que les effets pervers se multiplient. Pour le reste, surtaxation des CDD, compte personnel d’activité, accords d’entreprises et de compétitivité, la « loi travail » est devenue une compilation de textes techniques des plus complexes, jusqu’à l’incohérence et parfois l’inutilité.

Voilà pourquoi, selon une étude de l’institut OpinionWay réalisée du 20 avril au 4 mai, les dirigeants d’entreprise « ne la considèrent pas spécialement propice aux recrutements ».
Si les principaux intéressés le disent…

  • Public-Privé : les différences(*)

 

  • RECRUTEMENT
  • Public : Concours (hors certains agents)
  • Privé : Entretien
  • EMPLOI A VIE
  • Public : Oui (80% des agents)
  • Privé : Non
  • REMUNERATION MOYENNE (NET)
  • Public : 2 153 €
  • Privé : 2 130 €
  • JOURS DE CONGE
  • Public : 45
  • Privé : 36
  • ABSENTEISME
  • Public : 27,5 jours
  • Privé : 15,5 jours
  • RETRAITE
  • Public : 60 ans et 10 mois
  • Privé : 62 ans et 4 mois
  • PENSION DE REVERSION
  • Public : Pas de conditions d’âge ni de ressources
  • Privé : Conditions restrictives
  • PRESTATIONS FAMILIALES
  • Public : Allocations + supplément familial de traitement (SFT)
  • Privé : Allocations
  • LOGEMENT SOCIAL
  • Public : Contingent de 5%
  • Privé : Aucun contingent

(*) ValeursActuelles-4145-050516/49-EtudesInsee2014-RapportFonctionPubliqueAnnexeLoiDeFinances2016

  • La Grèce au bord du précipice(*)

 

Selon une étude de l’European School of Management and Technologie de Berlin (ESMT) (**), seuls 5% des 220 milliards d’euros alloués par les plans de sauvetage sont réellement tombés dans les caisses de l’Etat Grec.

Les 95% restants ont été utilisés pour :
– rembourser d’anciens crédits,
– recapitaliser les banques grecques,
– payer les intérêts dus aux banques internationales,
– rembourser les intérêts de la dette souveraine.

Aléxis Tsipras, le Premier ministre, n’a pas pu relancer l’économie de son pays autrement qu’en coupant dans les dépenses, ce qui n’est pas la bonne façon pour créer de la croissance…
Et les créanciers, Union Européenne (UE) et Fonds Monétaire International (FMI), réclament encore des économies de 5,4 milliards d’euros d’ici à 2018.
Alors la Grèce, qui reste au bord de la faillite et sans aucune croissance pour son économie, vient d’adopter une réforme des… retraites !

(*)De nombreux lecteurs m’ont demandé les raisons pour lesquelles je parlais souvent de la Grèce dans mes « Regards en Coin ». La réponse est simple : pour montrer ce qu’il ne faut surtout pas faire lorsqu’un pays est en crise profonde ! Si cela nous arrivait un jour…

(**)L’Obs-2688-12052016/22-ESMT

  • Des sphères pour remplacer les roues

 

La société Goodyear vient de réinventer le pneu automobile, en remplaçant la roue traditionnelle par une sphère. Dans quelques années, notre voiture aura donc 4 sphères au lieu de 4 roues comme aujourd’hui.

Baptisée Eagle-360 (*), chaque sphère sera accrochée à la voiture par un système de lévitation magnétique. Ces sphères pourront tourner dans tous les sens, ce qui permettra d’envisager des manœuvres inédites, et peut-être améliorer la sécurité grâce à de possibles corrections de trajectoires.

Mais la conduite risque de devenir beaucoup plus compliquée. C’est pour cela que Goodyear réserve son nouveau concept aux futures voitures autonomes, dont seule l’intelligence intégrée sera capable de gérer ces pneus sphériques…

(*) Challenges-475-28042016/33

  • A lire… « Justice  »

 


« Justice » du philosophe américain Michael Sanders vient enfin d’être traduit en français (Edit. Albin Michel, 416 pages, 21,50 €). Les écrits de Michael Sanders (*) sont traduits en 27 langues, son livre « Justice » vendu à plus de 3 millions d’exemplaires et son cours de Harvard est accessible gratuitement en ligne www.justiceharvard.org .

Extraits.
« Je plaide en faveur d’une conception exigeante, sur le plan civique, de la liberté. Vous pourriez baptiser cela une conception républicaine de la liberté. Etre libre, ce n’est pas agir sans entrave selon ses intérêts et ses préférences. La liberté civique, ou républicaine, vise le bien commun. »
«  Que nous débattions du renflouement des banques ou de l’attribution d’une décoration militaire, des mères porteuses ou du mariage homosexuel, de la discrimination positive ou du service militaire […], les questions de justice appellent toujours une réflexion sur les questions d’honneur et de vertu, de fierté et de reconnaissance ».

Pour Michael Sanders, trois grandes conceptions, utilitariste, libertarienne, communautariste, visent la maximisation du bien-être, le respect de la liberté, la promotion de la vertu. Même si le mot ne lui plaît pas, le philosophe procède de la troisième pour dépasser le libertarisme et l’utilitarisme, estimant qu’il est impossible de dire le juste sans se référer à la nature de la vie bonne. Il plaide pour la promotion de la vertu et du civisme, car il s’agit de « se frayer un chemin sur le terrain très disputé de la justice et de l’injustice, de l’égalité et de l’inégalité, des droits individuels et du bien commun ».

(*) LePoint-2274-07042016-118/121-JD.


Richard POGLIANO

Les commentaires sont fermés.