REGARDS EN COIN (37)

Quelques brèves réflexions et analyses sur tout sujet, des faits divers à l’actualité politique, des textes courts, c’est ʺRegards en Coinʺ.

1.
Croissance mondiale à la baisse
2.
Les  » charges  » en Europe
3. L’apprentissage en France et en Allemagne
4. Embouteillage français d’autocars
5. A chanter… « ♫♪ Bruxelles ♪♫ »


  1. Croissance mondiale à la baisse

Pour 2016, les prévisions de l’OCDE pour la croissance mondiale ont été revues à la baisse : 3% au lieu de 3,5%.

Même si l’Inde devrait afficher une croissance de 7%, tous les autres pays émergents voisins de la Chine sont affectés par le ralentissement de l’économie chinoise. Tout comme l’effondrement du cours du pétrole plonge la Russie dans la récession et déséquilibre bon nombre de pays, comme le Venezuela ou l’Algérie.

Or, ces pays dits émergents n’ont pas cessé de voir leur part dans la contribution à la croissance mondiale augmenter. Et comme l’économie américaine, autre important contributeur, semble s’essouffler après sept années de bons résultats, c’est la croissance mondiale qui est malade…

Pour ne pas pénaliser une croissance européenne qui démarre, mais reste par trop faible, la Banque Centrale Européenne (BCE) devra donc continuer sa politique d’assouplissement monétaire.


  1. Les  » charges  » en Europe

Après l’application du Crédit d’Impôt pour la Compétitivité et l’Emploi (CICE) depuis 2013 et le pacte de responsabilité et de solidarité depuis 2014, après avoir reçu un cadeau de 16,5 milliards d’euros aux entreprises, le MEDEF réclame toujours de nouvelles mesures pour la compétitivité et l’emploi, et notamment de nouvelles baisses de charges.

Si la France reste championne des prélèvements, quel est véritablement le pourcentage des prélèvements fiscaux et sociaux par rapport à la valeur ajoutée des sociétés en 2013, dans les principaux pays européens (*) ?

Ce pourcentage place la France en tête avec 25,5% (dont 9,3% pour les impôts et 16,2% pour les cotisations sociales), suivie de près par l’Italie 23,7% (8,5% impôts + 15,2% cotisations sociales), puis dans l’ordre la Belgique 19,7% (3,4%+16,3%), le Royaume-Uni 17,1% (7,0%+10,1%), l’Autriche 16,5% (6,6%+9,9%), les Pays-Bas 15,4% (3,1%+12,3%), la Finlande 15,3% (4,3%+ 11,0%) et l’Allemagne 14% (3,5%+10,5%).

(*) Sources Eurostat-Medef-Insee-Plf2016-Ofce-L’Obs267114012016

  1. L’apprentissage en France et en Allemagne

Tout le monde s’accorde à dire que l’Allemagne insère mieux sa jeunesse dans le monde professionnel. Et tout indique que l’apprentissage est un des éléments de la solution aux problèmes de l’insertion des jeunes français. Qu’en est-il vraiment ?

Le nombre de jeunes de 15 à 24 ans est de 7,7 millions en France pour 9,1 millions en Allemagne. Pour cette même tranche d’âge, le taux de chômage est en France de 24,8% alors qu’il est en Allemagne de 7,8%, et le taux d’emploi de 28,4% en France pour 46,9% en Allemagne.

Qu’en est-il de l’apprentissage ?
Si le nombre d’apprentis en France est de 0,4 million, il est de 1,4 million en Allemagne, avec une proportion de jeunes passant par l’apprentissage de 26% en France contre 55,7% en Allemagne, et un taux de rupture et d’abandon de 77,9% en France contre 54,5% en Allemagne.
Reste que si la rémunération brute moyenne des apprentis est quasiment la même (787€ en France, 708€ en Allemagne), tout comme la proportion des femmes dans l’apprentissage (33,3% en France, 39% en Allemagne), la durée des contrats d’apprentissage varie du simple au double, 1,6 an pour la France contre 3 ans pour l’Allemagne.

(*) Source Institut Montaigne-L’Obs2015

  1. Embouteillage français d’autocars

Depuis août dernier, la libéralisation du transport par autocar en France est effective.

Le bilan des six derniers mois montre un doublement de l’offre et près de 800 000 passagers transportés. Les opérateurs sont essentiellement au nombre de cinq : Transdev avec Eurolines et Isilines, le britannique Stagecoach avec Megabus, le réseau d’autocaristes français Starshipper et la SNCF avec Ouibus.

Les tarifs sont devenus des plus compétitif, inférieurs à ceux des autres marchés européens et du covoiturage. C’est ainsi qu’une recette moyenne par passager est de 3,20 euros pour 100 kilomètres, contre 6,50 euros pour BlaBlaCar, le leader du covoiturage. Après cette phase de prise de marché, il y aura probablement une consolidation, comme en Allemagne qui a ouvert son marché des transports par autocar en 2013, et qui a vu le nombre de passagers augmenter de 150% à 20 millions de personnes en 2015.

(*) In Challenges 470-24032016-Pauline Damour

  1. A chanter… « ♫♪ Bruxelles ♪♫ »


« ♫♪ Bruxelles ♪♫ » de Dick ANNEGARN :

« Bruxelles attends-moi j’arrive
« Bientôt je prends
«  La dérive

« Cruel duel celui qui oppose Paris névrose et Bruxelles abruti qui se dit « que bientôt
« Ce sera fini
« L’ennui de l’ennui
« Tu vas me revoir Mademoiselle Bruxelles
« Mais je ne serai plus tel que tu m’as connu
« Je serai abattu courbatu combattu
« Mais je serai venu

« Bruxelles attends, j’arrive
« Bientôt je prends
«  La dérive

« Paris je te laisse mon lit ».



Richard POGLIANO

Les commentaires sont fermés.