REGARDS EN COIN (36)

Quelques brèves réflexions et analyses sur tout sujet, des faits divers à l’actualité politique, des textes courts, c’est ʺRegards en Coinʺ.

1. Le Monde en 2016 (9)
2. Dépenses sociales et vieillissement
3. Les deux Carlos triomphent
4. Bouygues … or not Bouygues
5. A lire… « D’Alphonse à Allais »

 

1 Le Monde en 2016 (9)

L’ambiance n’est pas à la fête en ce début d’année 2016 (*)….

Les marchés des denrées agricoles ont leur propre tempo. Il est différent de celui des autres matières premières, même s’il existe aussi un mouvement de baisse des cours.

De 2013 à 2015, nous avons connu trois années exceptionnelles en termes climatiques, qui pourraient se prolonger en 2016. Cette période a favorisé la constitution de stocks très conséquents et, par ricochet, une baisse des prix, prononcée dans certains cas.
Coton, café, sucre ont connu une période de folie, puis un retour sur terre plus ou moins violent, grosso modo pendant la période 2014-2015.
Ce phénomène de surstockage, lié à des politiques agricoles mal calibrées, a aussi déséquilibré le marché du riz, tout comme celui du sucre. Quant aux cours du blé, tout dépendra de l’Ukraine et de la Russie.

Conclusion : restons prudent…

(*) In Challenges 459-07012016-42/43-Philippe Chalmin-

2 Dépenses sociales et vieillissement

 

Depuis trois ans la France a fortement diminué ses dépenses de politique familiale(*) : abaissement du quotient familial, baisses de la prime de naissance et de l’aide à la garde d’enfants, réforme du congé parental et modulation des allocations en fonction des revenus…

Sur le long terme, alors que les dépenses de protection sociale sont passées de 14,5 à 31,9% du PIB, celles dévolues à la maternité et à la famille sont donc en net recul.

Avec un taux de fécondité de 1,96 par femme, la France est sous le taux naturel de renouvellement (2,1). Sans qu’on ne puisse établir de lien entre ce recul de la natalité et la récente baisse des prestations familiales.

Par contre, la France, dont la population vieillie, consacre de plus en plus d’argent aux plus de 60 ans, ses séniors. Ceux-ci captent désormais 75% des dépenses de protection sociale…

(*) Source France Stratégie – Challenges 468-10032016

 

3Les deux Carlos triomphent

 

Carlos Ghosn, le PDG du constructeur au losange Renault (2,8 millions de véhicules), accroît de moitié son résultat net (à 2,96 milliards) avec une marge historique (5,1% pour 1,8% à peine en 2012).

Carlos Tavares, le patron de Peugeot Citroën (2,97 millions de véhicules produits), a pour sa part dégagé un bénéfice net d’1,2 milliard d’euros l’année dernière, premier résultat positif depuis 2010 ! Et la marge opérationnelle de sa division auto a culminé à 5%, du jamais-vu depuis treize ans.

Certes, la reprise des marchés automobiles européens (+9% en 2015) a bien aidé les deux groupes. Mais ils doivent leurs résultats essentiellement au succès de leurs derniers modèles.
Chez Renault, la Clio IV a montré la voie en 2012 et reste encore la voiture la plus vendue du groupe (372 000 ventes en 2015).
Côté Peugeot Citroën, la marque au lion cartonne toujours avec sa petite 208, qui dispute à la Clio la première place du marché tricolore.

Reste que malgré leurs succès, les deux constructeurs demeurent fragiles.
Ils doivent s’ouvrir davantage à l’international… et compléter leurs gammes par le haut.


(*) Source Challenges 467-03032016

 

4Bouygues … or not Bouygues

 

Avec 14 millions d’abonnés fixes et mobiles, Bouygues Télécom est une vraie pépite…

Si Orange finit par racheter Bouygues Télécom, qu’adviendra-t-il des marques ? Quelle répartition entre Orange, SFR et Free ? La base des clients de Bouygues sera-t-elle partagée entre SFR et Free ? Les abonnés Bouygues Télécom pourront-ils choisir leur nouvel opérateur ?

Hélas, probablement pas, car dans le cas d’un rachat, le client se retrouve chez le nouveau propriétaire. Le contrat ne peut être rompu qu’en cas de changement des tarifs ou de l’offre… en prévenant le client des changements un mois avant !

Autant dire qu’il ne reste plus au client, s’il veut rompre son contrat, qu’à démontrer qu’avec son nouvel opérateur la qualité du réseau n’est pas la même et qu’il capte moins bien…

 

5A lire… « D’Alphonse à Allais »

 


Petit livre à déguster,  » D’Alphonse à Allais, ses facéties et mystifications  » de Jean-Pierre Delaume (Omnibus, 208 pages, 9€), où l’on (re)découvre ce manipulateur de l’intelligence et mystificateur de l’humour, né en 1854, décédé en 1905.

Florilège.
Allégorique. «  Les gens comme moi, mon ami, appuyés d’une main sur l’épaule du progrès et de l’autre écrasant à coups de talon l’hydre de la routine, ne craignent rien ».
Libertaire. «  Etre libre, tout est là ! Il vaut mieux rôtir au soleil de l’indépendance que de goûter la fraîcheur au sein des cachots du despotisme et de la tyrannie ».
Summumnesque. «  Alors il se rangea et épousa la fille de son patron. Stratagème d’autant plus roublard qu’il n’avait pas de patron et que son patron n’avait pas de fille ».
Néologiste. « Non sans peine, nous suivîmes l’étrange vélochée jusqu’à Suresnes (on dit bien chevauchée) ».

Richard POGLIANO

Les commentaires sont fermés.