REGARDS EN COIN (23)

Quelques brèves réflexions et analyses sur tout sujet, des faits divers à l’actualité politique, des textes courts, c’est ʺRegards en Coinʺ.

1.
COP 21 (1) : la voiture électrique
2.
De Gaulle es-tu là ?
3. Penser global
4.
André Glucksmann nous a quitté

  1. COP 21 (1) : la voiture électrique

En France, 15 000 voitures électriques ont été vendues depuis le début de l’année 2015. Cela correspond à 1% des immatriculations, loin des 10% escompté par Carlos Ghosn, le PDG de Renault-Nissan.

Cela s’explique par le prix très élevé des modèles proposés, plus de 25% plus cher même avec les aides, et surtout la très faible autonomie des batteries, 100 kilomètres environ, ainsi que la manque d’infrastructure.

Mais la véritable question est de savoir si la voiture électrique est une véritable avancée écologique ?

Or le bilan carbone de la voiture électrique dépend tout simplement de la façon dont l’électricité est produite.
En Norvège, où l’électricité provient presqu’exclusivement de l’hydraulique, et en France, à dominante nucléaire, la voiture zéro émission permet effectivement de réduire les émissions de CO2.
Mais ce n’est absolument pas le cas en Allemagne et en Pologne, car ces pays sont fortement dépendant du charbon.

Selon qu’elle change de frontière ou pas, la voiture électrique française est vertueuse… ou pas !

  1. De Gaulle es-tu là ?

Le temps d’une nouvelle élection présidentielle approche à grand pas.

Et notre pays souffre toujours, et toujours plus, de ses deux cancers que sont le marasme économique, avec chômage et dette qui ne cesse d’augmenter, et la crise identitaire, avec son cortège d’inégalité et d’insécurité.

Quel candidat pourrait gagner en 2017, en ayant une assise populaire suffisante pour pouvoir ensuite gouverner notre pays et le redresser, vraiment ?
Ne lui faudrait-il pas trouver des personnalités suffisamment indépendantes et totalement dévouées au seul intérêt général, pour régler d’une part les questions économiques et d’autre part celles relevant des pouvoirs régaliens ?
Et présenter cette équipe lors de la campagne présidentielle, pour qu’une large majorité de la population se reconnaisse et croît, enfin, à l’application d’un programme de renouveau pour la France ?
Le modèle de 1958 ne devrait-il pas nous inspirer pour 2017 ?

Il y a 45 ans, le 9 novembre 1970, mourait le général de Gaulle…

  1. Penser global

Dans son dernier ouvrage ʺPenser global. L’Humain et son universʺ Edit. Robert Laffont), Edgar Morin se penche à nouveau au chevet de notre monde. Intellectuel critique avec ʺStarsʺ (1957) et ʺLa Rumeur d’Orléansʺ (1969), philosophe rigoureux avec ses six volumes de ʺLa Méthodeʺ, Edgar Morin s’est toujours employé à raconter l’histoire de l’homme en simplifiant ses trajectoires les plus complexes et en proposant un cadre analytique à la portée de chacun.

ʺPenser globalʺ, ce sont six conférences données par l’auteur au Collège d’Etudes Mondiales, dans lesquelles il nous apprend à apprendre, à passer d’un savoir à un autre, à aborder une pensée complexe en la décomplexisant, en proposant des définitions et des pensées simples et concrètes.

A l’heure de la barbarie et des engouements aveugles, pour Edgar Morin « la mondialisation n’est pas qu’une malédiction économique, l’écologie peut être un pacte pour une nouvelle civilisation, et l’avenir est prometteur même s’il reste incertain ».

Un ouvrage vivifiant…

  1. André Glucksmann nous a quitté

Intellectuel engagé et grande figure du mouvement des ʺnouveaux philosophesʺ, André Glucksmann avait fait de la dénonciation des crimes du totalitarisme le combat de sa vie.

Proche des ʺmaosʺ français à la fin des années 1960, le philosophe avait rompu spectaculairement avec le marxisme au milieu des années 1970, dénonçant le Goulag. L’un de ses livres le plus connu résume cette rupture, ʺLa cuisinière et le mangeur d’hommesʺ (Seuil, 1975), où André Glucksmann expliquait que « le marxisme ne produit pas seulement des paradoxes scientifiques mais aussi des camps de concentration ».

De l’anticommunisme, son combat se déplacera naturellement vers l’antitotalitarisme et la défense des droits de l’Homme. En 1977, il réussit à réunir la grande figure des intellectuels de gauche Jean-Paul Sartre et le philosophe libéral Raymond Aron. Toute sa vie, n’hésitant pas à s’exprimer sur les plateaux de télévision pour défendre les causes auxquelles il croyait, il sera de tous les combats contre le totalitarisme.

« Quand il était petit, il aurait dû mourir, puisqu’il était juif, d’une famille ne parlant pas français dans la France occupée », raconte son fils, le réalisateur Raphaël Glucksmann. « Il a même été mis dans les trains et sa mère a réussi à l’en sortir. Donc, il m’a dit que tout le reste, c’était du rab et que 70 ans de rab, c’était une chance incroyable et qu’il fallait la saisir pour en faire profiter d’autres qui avaient moins de chance que lui. »

Son dernier ouvrage, ʺVoltaire contre-attaqueʺ, livre testament publié il y a un an, montrait qu’ André Glucksmann ne renonçait pas à défendre ses idéaux, tout en plaidant pour l’universalisme des Lumières.

Richard POGLIANO


Les commentaires sont fermés.