REGARDS EN COIN (19)

Quelques brèves réflexions et analyses sur tout sujet, des faits divers à l’actualité politique, des textes courts, c’est ʺRegards en Coinʺ.

1.
Des retraites dichromatiques
2.
Un ministre schizophrène
3. Le moral des Français
4.
Pour dépenser moins

  1. Des retraites dichromatiques

D’après l’OCDE et la Commission Européenne (*), la France est le deuxième pays d’Europe qui dépense le plus pour ses retraites, mais qui arrive en quatrième position pour le niveau des pensions versées par rapport au dernier salaire, ce qu’on appelle le taux de remplacement. Cela est dû aux deux effets combinés de départs précoces (moins de 60 ans) et de durées de retraites plus élevées (25 ans en moyenne). D’où un déficit qui conduit aujourd’hui, malgré les réformes, à revoir le taux de remplacement à la baisse.

Comment s’en sortent nos voisins ?
L’Allemagne cumule des dépenses élevées avec un taux de remplacement faible, ce qui fait que le taux de pauvreté des plus de 65 ans en Allemagne est le double de celui de la France.
A l’opposé, l’Espagne offre le système le plus avantageux, avec 38 années de cotisation pour une retraite à taux plein.
D’autres comme le Danemark ou les Pays-Bas cumulent retraite publique et fonds de pension privés pour atteindre des taux de remplacement de plus de 50%.

  1. Un ministre schizophrène

En matière diplomatique, le principe Kissinger a toujours fait recette : « une bonne stratégie consiste a bien choisir son ennemi et à pouvoir s’entendre avec le pire ennemi de cet ennemi » (*). En matière de guerre, ce principe est devenu un principe de réalité. C’est aujourd’hui le principe adopté par le Président de la République Française. En opposition à son Ministre des Affaires Etrangères, pour qui le départ de Bachar al-Assad a toujours été un préalable.

Laurent Fabius a toujours été hostile à une alliance avec le régime syrien pour combattre Daech. Mais aujourd’hui le départ de Bachar al-Assad n’est plus un préalable. Alors Laurent Fabius accuse les Américains de nous avoir conduits dans cette impasse, d’abord en ne soutenant pas la France en août 2013, ensuite en se montrant plus que timorés dans leurs interventions en Syrie.

  1. Le moral des Français


« Le moral des Français apparaît bien fragile, celui des professionnels est heureusement plus positif, ils ont confiance dans l’avenir avec une seule demande : que l’environnement réglementaire ne vienne pas les étouffer » analyse Gaël Sliman, le président d’Odoxa (*).

Selon une enquête réalisée le 18 septembre 2015 auprès d’un échantillon représentatif de la population française par Odoxa, les Français ont moins bon moral que les Britanniques ou les Allemands. Ils sont seulement 28% à avoir confiance dans l’avenir de la situation économique de la France en Europe, contre 57% et 52% respectivement pour l’Allemagne et la Grande Bretagne.

De ce point de vue, la France fait bel et bien partie de l’Europe du Sud, encore engluée dans la crise économique et le chômage de masse.

  1. Pour dépenser moins


Selon le dernier baromètre CSA-Cofidis
(**), plus d’un Français sur deux estime que son pouvoir d’achat a diminué au cours de l’année écoulée.

51% des Français estiment avoir vu leur pouvoir d’achat diminuer et qu’ils leur manquent en moyenne 467€ par mois pour vivre correctement. 7 Français sur 10 ayant puisé dans leur épargne ou sollicité un crédit pour boucler leurs fins de mois, ont du mal à reconstituer leur épargne personnelle.

Afin de s’adapter à cette nouvelle situation, les Français ont changé leurs modes de consommation.

60% des Français ont acheté régulièrement, ou de temps en temps, un produit d’occasion sur internet ou dans un vide-greniers. 25% des Français cultivent régulièrement leur propre potager, 8% font régulièrement du covoiturage, 6% font régulièrement des achats groupés pour bénéficier de tarifs préférentiels et 5% fabriquent eux-mêmes leurs produits cosmétiques ou d’entretien.

Richard POGLIANO

* in Challenges-437-11615/447-11015/448-81015
** in Valeurs Actuelles-5611015

Les commentaires sont fermés.