REGARDS EN COIN (109)

Quelques brèves réflexions et analyses sur tout sujet, des faits divers à l’actualité politique, des textes courts, c’est ʺRegards en Coinʺ.

1. Les femmes victimes de violence
2. Haro sur les taux de TVA
3. La vérité sur la réforme des retraites
4. L’Enorme Trump !
5. L’amendement « chocolatine »
6. L’âge de l’homme recule de 400 000 ans
7. Les plus vieux animaux du monde

1.► Les femmes victimes de violence
Elodie* n’avait jamais eu de soucis avec son directeur. Jusqu’au mois d’avril dernier. Cette mère célibataire de 59 ans, qui travaille depuis 35 ans dans un grand groupe français, a refusé de signer son compte rendu d’entretien d’évaluation annuel qu’elle estimait être à charge. Son supérieur hiérarchique est alors devenu furieux. « Il ne m’a pas touché, mais il m’a fait très peur. Il y avait de la haine dans son regard. Je m’attendais même à ce qu’il me malmène », confie-t-elle au téléphone. Sous le choc, elle en a parlé à un médecin qui l’a arrêté une semaine.
Depuis son retour au travail, elle évite soigneusement de le croiser dans les couloirs de l’entreprise, lui qui ne s’est jamais excusé pour son attitude déplacée, pour ses menaces. « Il n’aurait pas réagi comme ça avec un homme, ça s’est certain », assure-t-elle. Pourtant, elle a préféré ne pas en parler à la direction des ressources humaines ou aux représentants syndicaux, de peur que la situation ne se retourne contre elle. Elodie sait que la direction va tout va faire pour la pousser à partir le plus rapidement possible à la retraite. Lui, se doute-t-elle, ne sera jamais puni.
« Des tensions liées à la jalousie »
Des milliers d’autres femmes ont vécu la même situation. Selon une étude de l’ONDRP (Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales), le nombre de femmes victimes de violences physiques sur leur lieu de travail a pratiquement doublé entre 2010 et 2016, passant de 25.000 à 48.000. Quant à celles qui ont fait l’objet de menaces, leur nombre a augmenté de 42,5 % sur la même période, passant de 167.000 à 238.000. Mais comment expliquer cette importante augmentation ?
« Les femmes exercent de plus en plus souvent des professions qui sont davantage exposées au public que celles des hommes. Il y a des lieux où les tensions sont plus importantes, parce que les gens s’énervent quand ils attendent trop par exemple », souligne Christophe Soullez, le directeur de l’Observatoire. Il remarque aussi que les femmes occupent de plus en plus, dans les entreprises, des postes à responsabilité, « ce qui peut générer des tensions liées à la jalousie ».
« Détérioration des conditions de vie dans les entreprises »
Jean-Pierre Durant, sociologue du travail et auteur du livre « La fabrique de l’homme nouveau »*, observe pour sa part « depuis une bonne vingtaine d’années, une détérioration des conditions de vie dans les entreprises, liée à l’introduction du travail en flux continue et la recherche de la réduction permanente des coûts ». Conséquence : « Ce n’est pas forcément les chefs qui sont violents avec les exécutants, mais des collègues qui font pression sur les plus faibles qui handicapent les résultats globaux. C’est d’abord une violence verbale, puis une violence physique. »
Ce sociologue ajoute que la situation de l’emploi en France fait que « plus personne n’est certain de terminer sa carrière dans l’entreprise où il travaille. Cela crée des tensions qui peuvent se manifester sous forme de violence physique ».
* « La fabrique de l’homme nouveau », Editions Le Bord de l’eau, ISBN : 978-2356875419
(*)20Minutes-ThibautChevillard-31052018

2.► Haro sur les taux de TVA
Le gouvernement veut moins de taux réduits. Bruno Le Maire a invité jeudi les parlementaires à se pencher sur la question des taux réduits de TVA. « J’ai engagé à la demande du Premier ministre une revue complète des aides aux entreprises qui sont distribuées en France », a indiqué le ministre de l’Economie et des Finances lors d’une audition de la commission des Finances de l’Assemblée nationale sur l’évaluation des politiques publiques.
Mais il faut « réaliser que baisser les aides aux entreprises, ça voudra dire nécessairement, si on fait quelque chose de significatif, revenir sur des taux de TVA réduits », qui représentent « une grande partie » de la politique de soutien aux entreprises, a-t-il ajouté. « N’imaginez pas que vous allez trouver tout d’un coup un trésor caché d’aides qui serait donné de manière illégitime aux entreprises », a-t-il ajouté, précisant s’adresser à « ceux qui disent il faut absolument baisser » ces aides.
Les secteurs de la restauration et du bâtiment concernés
Selon Bruno Le Maire, près de la moitié des 140 milliards d’euros consacrés chaque année à l’aide aux entreprises correspond à des coups de pouce fiscaux liés au crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE) et aux taux réduits de l’impôt sur les sociétés (IS). Sur les 70 milliards restants, une « très grande partie » correspond à des « taux de TVA réduits », a ajouté le ministre.
Les taux de TVA réduits, dont bénéficient notamment le secteur de la restauration et celui de la rénovation de logements, sont régulièrement critiqués par la Cour des comptes, qui les juge coûteux pour les finances publiques. Dans un rapport publié en 2015, le Conseil des prélèvements obligatoires (CPO), organe lié à la Cour des comptes, avait ainsi jugé « inefficace » la baisse de TVA pour les restaurateurs décidée en 2009, durant la présidence de Nicolas Sarkozy.

3.► La vérité sur la réforme des retraites
Après la réforme de la SNCF, le gouvernement, comme pour nous étourdir, se lance dans une autre réforme. Jean-Paul Delevoye, haut-commissaire à la réforme des retraites (HCRR), homme de confiance d’Emmanuel Macron – il a sélectionné les candidats LREM aux élections législatives –, a commencé à recevoir les organisations syndicales et patronales. Il vient de mettre en ligne une grande consultation publique intitulée : « Pour une retraite plus simple, plus juste, pour tous ».
Le candidat d’En Marche ! avait annoncé les grandes orientations : « Nous créerons un système universel des retraites où un euro cotisé donne les mêmes droits, quel que soit le moment où il a été versé, quel que soit le statut de celui qui a cotisé. » Plus de régimes spéciaux. Une retraite par points…
Quand on y regarde de plus près, on s’aperçoit que, derrière des mesures plus ou moins consensuelles, s’en cachent d’autres pour le moins inquiétantes. On pourrait instaurer un mécanisme de correction automatique pour garantir la viabilité financière du système (autrement dit, le montant des pensions pourrait dépendre de la conjoncture économique). Il est, aussi, question de réviser les conditions de versement de la pension de réversion et de ne pas tenir compte des enfants dans le calcul de la retraite. Ce point mérite quelques approfondissements…
Le Conseil d’orientation des retraites (COR) prévoit qu’il y aura, à l’horizon 2040, moins d’un actif pour un retraité. Dans ces conditions, le régime actuel ne peut perdurer. Le gouvernement se prépare donc à s’attaquer aux classes moyennes et aux familles, tout en leur signifiant de penser, si possible, à mettre de l’argent de côté en vue de leurs vieux jours…

4.► L’Enorme Trump !
Tout ce que fait Trump est Enorme, Démesuré, Imprévisible. De sa part, on s’attend à tout et même pire encore : une sale guerre de plus au Moyen-Orient, la ruine des économies européennes, une alliance avec la Corée du Nord, un déluge de feu sur l’Iran, le doigt sur le bouton nucléaire si son épouse Melania lui refuse son lit… Tout est possible.
Dans cet océan d’incertitudes et d’angoisses où la personnalité immaîtrisable du président des États-Unis plonge les individus sensés, un fait au moins apparaît certain : son attitude est propre à finir d’éloigner et dégoûter à tout jamais les citoyens normaux des politiques et, partant, de la politique.
Certes, ceux-là avaient déjà pris leurs distances, mais la suffisance incohérente et bouffie d’orgueil de Donald Trump agit comme le plus efficace des repoussoirs.
Donald Trump est convaincu qu’il peut faire ce qu’il veut, tout ce qu’il veut et rien que ce qu’il veut. Quant à changer de personnel, il ne s’en prive pas, plus de trente membres de son administration, et non des moindres, ayant déjà été virés ou bien étant partis de leur propre initiative depuis son arrivée à la Maison-Blanche. Sans oublier, bien sûr, les patrons du FBI ou de la CIA qui lui flairaient d’un peu trop près les mollets, limogés et insultés comme de vulgaires malfrats… À quoi l’ancien directeur de la CIA avait répondu au président sur le même ton : « Lorsque l’étendue complète de votre vénalité, de votre turpitude morale et de votre corruption politique sera connue, vous occuperez votre juste place parmi les démagogues déshonorés dans la poubelle de l’Histoire. »

5.► L’amendement « chocolatine »
L’assemblée n’a pas mangé de ce pain-là. Les députés ont rejeté samedi soir un amendement LR « chocolatine », qui avait fait le buzz en voulant relancer le duel avec l’appellation concurrente de « pain au chocolat » lors du débat sur le projet de loi agriculture et alimentation.
Cet amendement porté par une dizaine d’élus LR, dont Aurélien Pradié (Lot) ou le vice-président de l’Assemblée Marc Le Fur (Côtes-d’Armor), voulait ajouter au code rural et de la pêche maritime l’objectif de « valoriser l’usage courant d’appellation due à la notoriété publique du produit et de ses qualités reconnues au travers d’une appellation populaire ».
Le ministre de l’Agriculture botte en touche
« Une telle évolution, légère, de la loi, permettra de redonner ses lettres de noblesse à de nombreux produits locaux. Ce sera par exemple le cas d’une viennoiserie dont historiquement le nom a puisé son origine dans la Région gasconne, et qui fait la fierté de tout le Sud de la France : la chocolatine », écrivent les signataires de l’amendement, pas tous issus du sud-ouest de la France.
Le ministre de l’Agriculture Stéphane Travert a estimé en substance que ce n’était pas du niveau du Parlement. Les députés ont par ailleurs voté un amendement de l’ex-socialiste Delphine Batho pour l’inscription dans le code rural et de la pêche maritime de la volonté de « promouvoir les produits n’ayant pas contribué à la déforestation importée.

6.► L’âge de l’homme recule de 400 000 ans
Voilà qui donne un coup de vieux à l’homme. La découverte en Ethiopie d’une mandibule avec cinq dents datant de 2,8 millions d’années repousse en effet l’origine des humains de 400.000 ans.
Ce fossile, le plus ancien du genre Homo jamais découvert, donne un nouvel éclairage sur l’émergence du genre Homo, estiment les scientifiques dont les travaux paraissent mercredi dans la revue américaine Science. «La mise au jour de cette mâchoire inférieure aide à réduire le fossé dans l’évolution entre l’Australopithèque -la célèbre Lucy datant de 3,2 millions d’années- et les premières espèces du genre Homo comme l’erectus ou l’habilis», expliquent ces paléontologues. «Ce fossile est un excellent exemple d’une transition des espèces dans une période clé de l’évolution humaine», ajoutent-ils.
Depuis des décennies, les scientifiques cherchent des fossiles en Afrique pour trouver des indices des origines de la lignée Homo mais sans grand succès puisqu’ils ont découvert très peu de fossiles de la période jugée critique allant de moins trois millions d’années à moins 2,5 millions d’années. De ce fait, les experts ne sont pas d’accord sur la période de l’origine de la lignée Homo qui a abouti à l’émergence des humains modernes, l’Homo Sapiens, il y a environ 200.000 ans.
Le changement climatique est responsable de l’émergence du genre Homo?
Mais les chercheurs notent qu’ils ne sont pas en mesure de dire avec cette seule mâchoire s’il s’agit ou non d’une nouvelle espèce du genre Homo qui aurait abouti en évoluant à l’homo sapiens. Une recherche complémentaire parue mercredi dans Science met en évidence un changement climatique qui a rendu l’environnement plus aride il y a 2,8 millions d’années. Ces scientifiques ont découvert des fossiles de mammifères contemporains de Ledi-Geraru montrant qu’il y avait surtout des espèces vivant dans des habitats dominés par de petits arbustes et la savane où les arbres étaient rares. Alors qu’à l’époque de Lucy qui était encore un grand singe, la végétation était plus verdoyante avec des forêts.
«Mais il est encore trop tôt pour dire si le changement climatique est responsable de l’émergence du genre Homo, il nous faudra avant cela examiner un plus grand nombre de fossiles d’hominidés que nous continuons à rechercher dans cette région», a-t-elle ajouté. Avec la disparition des arbres, les singes ont dû s’adapter à un nouvel environnement. Leur cerveau est devenu plus gros ce qui leur a permis de fabriquer des outils pour survivre et de moins dépendre de mâchoires puissantes et de grosses dents, supputent les scientifiques.

7.► Les plus vieux animaux du monde
Ce sont les plus anciennes traces d’animaux de la planète. Des empreintes vieilles de 541 millions d’années ont été découvertes en Chine, selon une étude publiée ce mercredi. Une découverte enveloppée de mystère.
Les chercheurs ne savent pas de quel animal il s’agit. Tout ce que l’on sait, c’est qu’il est minuscule. Les empreintes ne sont séparées que de quelques millimètres l’une de l’autre, et ressemblent à deux rangées de petits trous. « Ce sont les plus anciennes empreintes fossilisées jamais découvertes », indique l’étude, publiée dans la revue américaine Science Advances.
Elles ont été découvertes dans les gorges du Yangtsé, dans le sud de la Chine. « Les roches contenant le fossile ont été très bien datées entre 551 et 541 millions d’années », explique le chercheur Zhe Chen, de l’Académie chinoise des sciences.
Aucun fossile animal retrouvé
Auparavant, les plus vieilles empreintes avaient entre 530 à 540 millions d’années. La créature n’a malheureusement pas pu être identifiée car elle n’est pas morte à proximité de ses empreintes, et aucun fossile correspondant n’a été retrouvé.
La seule chose qu’on puisse imaginer est qu’elle était « symétrique bilatéralement », selon Zhe Chen. Peut-être un ancêtre des arthropodes ou des tétrapodes, conclut l’étude.

Richard POGLIANO

Les commentaires sont fermés.