NE JOUONS PAS LA REPUBLIQUE AUX DES !

Mettre un terme aux allocations familiales pour tous, en modulant leurs versements en fonction des revenus des familles, est-ce mettre un terme au principe d’universalité que la France a choisi comme élément fondateur de son pacte républicain ?

La réponse semblerait aller de soi. Il n’est pas choquant que certains, plus fortunés que d’autres, perçoivent moins que d’autres de la part de l’Etat. Cela s’appelle la solidarité, issue de nos valeurs inscrites aux frontispices de toutes nos institutions, Liberté, Egalité, Fraternité.

Pourtant, à y regarder de plus près, cela instaure un nouveau principe, un principe à géométrie variable. Aujourd’hui on module les allocations familiales, demain ce sera le tour de l’éducation nationale et de la santé, de l’entretien des écoles à celui des hôpitaux. Et cette modulation qui se fait en fonction des revenus, pourra après-demain se faire en fonction d’autres critères. Ce sera alors les fondements universalistes de notre modèle social et républicain qui seront totalement remis en cause.

Il nous faut prendre garde à ce que nos règles d’actions collectives, qui gouvernent la condition des hommes, se concrétisent à travers nos institutions par une adhésion de tous. Et que chacun soit juge du bien fondé, pour tous, de ces actions, qu’il en ait une conscience morale.

Or pour qu’un acte soit moral, il faut qu’on puisse en universaliser le principe, sans contradiction. Ainsi on ne peut pas raisonnablement vouloir universaliser le principe, par exemple, des promesses de campagne des candidats, car ce serait détruire leur soubassement même, qui est la confiance.

Alors, même si la réalité d’une proposition comme l’attribution d’allocations en fonction des revenus des familles peut être comprise par chacun dans son contenu, la vérité se trouve définit par sa forme, ici l’universalité. Car réel et vérité ne se confondent pas, et si notre quotidien nous projette dans le premier, notre pacte républicain procède de la seconde. Le réel et la vérité sont deux faces de deux pièces différentes.

Voilà pourquoi, la remise en cause des principes de 1946 et celle de la conception universaliste et humaniste de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme du 10 décembre 1948, mettent en danger notre modèle républicain, dans son ensemble. C’est le temps qui fait la valeur et qui fait l’être. C’est la durée qui façonne et implante notre pacte républicain.
Ne jouons pas aux apprentis sorciers.
Ne jouons pas la République aux dés.

Richard POGLIANO

Les commentaires sont fermés.