N I C E (29)

NICE : LA PREUVE PAR TROIS (3)

Considérant ensuite que  notre Collectivité Municipale a un rôle central et décisif dans le bon fonctionnement de notre développement local, et l’aménagement de notre territoire, et qu’elle a totale vocation à en assurer le devenir.

Le problème est alors, non pas de savoir si l’intervention municipale est nécessaire – elle l’est totalement, à mon sens –, mais de savoir quelle importance revêt cette intervention, sous quelles formes et dans quels secteurs.

Vous l’aurez compris, je ne suis pas de ces ultra-libéraux qui pensent que seul le marché est compétent, créateur et régulateur tout à la fois. Et que donc l’intervention publique n’a pas lieu d’être.
Tout au contraire, dans la compétition que peuvent se livrer les agents économiques, l’attractivité d’une ville est déterminante pour son développement, en particulier économique.
Mais pas seulement. Il en va de même en matière culturelle, sportive, ou autre. Et cette attractivité est fonction des possibilités offertes par notre ville, de son environnement, de ses conditions d’accueil, etc. Toutes choses qui dépendent, souvent fortement, des choix opérés par les responsables politiques.

Dans un cadre méditerranéen que tous nous envient, ce sont ces choix qui permettront de construire les conditions d’accueil les plus favorables, les plus attractives. Les infrastructures de communications les plus performantes, routes, ports, aéroport, réseaux ferroviaires, hauts débits de haute performance, technologies de l’information et de la communication. Mais aussi, et peut-être surtout, les synergies entre tous les acteurs locaux, publics et privés, endogènes et exogènes à notre territoire.
Conditions à partir desquelles, la Collectivité Municipale pourra attirer les capitaux, aussi bien du secteur public, par exemple européen, que du secteur privé, et les entreprises, particulièrement les PME/TPE. Comme elle pourra développer des relations internationales, jumelages, accords de coopération, réseaux de ville, et là aussi tout particulièrement dans le cadre européen.
C’est aussi grâce à ces conditions qu’elle mettra en place les différents dispositifs sociaux, qui se justifieront d’autant plus dans un quartier de la ville plus défavorisé qu’un autre. Afin de rétablir le principe d’égalité cher à notre République.
Et n’oublions pas que l’intervention communale, et de manière générale publique, est la seule susceptible de compléter l’objectif de rentabilité par des actions sociales.

Toutes ces conditions devront être mises en œuvre dans le cadre du respect de l’environnement et de la sécurité des citoyens. Dans le cadre d’un développement durable qui privilégiera aussi bien les politiques énergétiques nouvelles, photovoltaïques, recyclage des déchets, etc. que les plans d’intervention antipollution. Car, au fond, qu’est-ce que le développement durable, si ce n’est la réalisation d’actions qui ne dévoient pas le devenir des générations futures.

En amont, une analyse très fine des ces besoins est vitale. A partir de laquelle, les responsables politiques devront élaborer un projet d’ensemble, global, intégrant toutes les données. Le premier considérant doit y pourvoir.

Ainsi, la Collectivité Municipale doit renforcer son rôle de pilote du développement local, en fixant les grandes orientations, notamment économiques, de long terme.
En étant porteur de ces politiques de développement.
Etre une mairie stratège.

(à suivre)

Richard POGLIANO

Les commentaires sont fermés.