LE SIECLE DES LUMIERES (2)

VERS LA REVOLUTION INDUSTRIELLE (1)

Au XVIII° siècle, l’Europe connut une importante croissance démographique. Vers la fin du siècle, la population totale atteignait presque 188 millions d’habitants, dont 122 dans les nations occidentales. La population avait presque doublé par rapport au XVII° siècle.

A la veille de la révolution de 1789, la France comptait 26 millions d’habitants, les Etats Allemands 22 millions, l’Italie 17 millions, l’Espagne 10 millions et l’Angleterre 9 millions.

Le développement de l’industrie affecta directement la densité démographique et la transformation de simples villages en villes importantes. Londres atteignait presque le million d’habitants, Paris 600 000, Rome, Vienne et Amsterdam près de 200 000.

L’une des causes de la croissance démographique fut l’évolution de l’agriculture (1), où de nouvelles techniques étaient appliquées. La demande croissante en produits agricoles entraîna une intensification des cultures et, par conséquent, la concentration de la propriété terrienne.
Le progrès technique était fondé sur la rotation des cultures, sur trois ou quatre ans, parfois davantage, sans jachère.
L’outillage agricole fut également amélioré, notamment la charrue qui incorporant le fer fut perfectionnée dans sa forme et sa structure. Puis, la révolution industrielle offrit aux paysans de nouvelles ressources techniques, comme la machine à vapeur et plus tard, le pétrole et l’électricité.

Symbole de la révolution industrielle, la machine à vapeur se développa à la fin du XVII° siècle (2). En 1769, le Britannique James Watt fit breveter la première machine à vapeur (3) capable de produire un rendement industriel. Outre l’agriculture, la plupart des machines à vapeur furent utilisées dans l’industrie textile, et pour actionner les pompes à eau et les marteaux dans les mines de charbon. L’invention de nouvelles machines (la navette volante de John Kay en 1733, la machine à filer mécanique d’Hargreaves en 1764, celle hydraulique de Richard Arkwright en 1769 et le métier à tisser mécanique de Cartwright en 1785) concentra la production dans de grands établissements, dont les bâtiments étaient essentiellement construits en brique et en pierre (4).


Le développement agricole permit ainsi l’augmentation de la production manufacturière. L’excédent alimentaire permit de faire face à l’augmentation de la population urbaine, et aida au développement des marchés intérieur et extérieur. La croissance démographique favorisa une plus grande disponibilité de main-d’œuvre. La population s’entassait dans les centres urbains, et le travail des enfants s’intensifia dans les mines.

Bien que dans un premier temps les fabriques ne pussent absorber cette partie de la population qui se concentrait dans les grandes villes, l’intégration des grandes innovations techniques divisa de nouveau la main-d’œuvre. Ce nouvel « excédent » se retrouva au chômage et créa une « main-d’œuvre en réserve » qui fit baisser les salaires, provoquant un grand mécontentement social (5).

(à suivre)

Richard POGLIANO

(1) Au XVIII° siècle, l’Europe vécut une profonde modernisation des techniques agricoles cela favorisa la croissance démographique, à tel point que l’on parle de « révolution agricole ». Les théories physiocratiques d’alors considéraient la production agricole comme la base de la richesse d’un pays.

(2) On considère que la révolution industrielle débuta en Angleterre vers 1770 à partir d’un grand potentiel financier, de l’augmentation de la population pauvre et des innovations technologiques qui favorisèrent la production industrielle.

(3) La machine de Watt posa les bases de l’utilisation de la vapeur à haute pression, technique qui se perfectionna durant le XIX° siècle et marqua le début de l’application de la machine à vapeur au secteur des transports.

(4) Le fer est initialement utilisé en Angleterre, grâce à l’usage du charbon et du coke dans les fonderies. L’exemple le plus ancien est le pont Ironbridge, construit par Abraham Darby en 1773, à Coalbrookdale. Ses 30 m de large servent encore à traverser la vallée du Severn.

(5) Après une augmentation considérable de leur population, les villes du XVIII° siècle développèrent un mode de vie hétéroclite dans la rue, avec des métiers ambulants et une augmentation de la population marginale.

 

Les commentaires sont fermés.