Le projet de réhabilitation du centre de Nice raboté

(In Metro- 10.09.12)

La requalification du centre-ville va dans un premier temps se limiter à l’ouest de la rue Trachel et à la rue de Suisse.
Un peu moins de trois ans après l’annonce du très ambitieux plan de requalification de l’hypercentre de Nice, le projet présenté ce lundi risque de laisser plus d’un Niçois sur sa faim. Le périmètre de cette « requalification des quartiers anciens dégradés » est inchangé : il s’étend sur 70 hectares (de Vernier à Dubouchage et de Gambetta à Lépante) et concerne 17 500 riverains. Mais, en pratique, l’essentiel des travaux va se concentrer sur deux petites zones.

109 logements sociaux sur le square Jean-Pierre

Au nord de la gare SNCF, quatre immeubles vont pousser sur l’actuel square du Lieutenant-Colonel-Jean-Pierre. C’est donc dans cet espace que seront implantés, d’ici à quatre ans, les 109 logements sociaux annoncés en 2009. Pour le député-maire de Nice, il s’agira aussi de créer « un cœur de quartier », avec comme place du village Trachel « la cour Bensa ». Car dans 2 ans; pour laisser place aux HLM, le square et le terrain de pétanque seront déplacés dans la petite cour Bensa, ce qui nécessitera des démolitions sur lesquelles Christian Estrosi ne s’est pas attardé.

« Nous faisons de l’acupuncture »

Christian Estrosi a en revanche insisté sur le « message fort lancé à la rue de Suisse, où il y a de gros problèmes de meublés ». Trois hôtels de ce type vont être rachetés par la ville pour y aménager 19 logements sociaux. Quatre boutiques situées rues de Suisse et d’Angleterre vont également être préemptées, le maire souhaitant y voir s’installer « des acteurs de qualité ». « Nous faisons de l’acupuncture, en intervenant à l’intérieur des bâtiments existants », précise Jean-Pierre Pranlas-Descours, l’architecte parisien chargé du projet.

La partie est du périmètre laissée en suspens

Ailleurs, les perspectives restent floues. On parle de subventions accordées aux bailleurs privés, qui devraient permettre la réhabilitation de 300 logements privés. C’est 40% de moins que prévu initialement. La raison est financière : l’enveloppe de 145 millions d’euros d’investissements promise en 2009 a été réduite de moitié. L’Etat et les collectivités locales se serrent la ceinture. Du coup, la requalification de la partie est du périmètre, entre Jean-Médecin et Lépante, est pour l’heure laissée en suspens.

Les commentaires sont fermés.