LE MOYEN AGE (7)

CHARLEMAGNE  (4)

LA CHUTE DE L’EMPIRE CAROLINGIEN

Proclamé roi des Francs, Charlemagne réalisa d’innombrables campagnes contre les autres royaumes germaniques et les Arabes. Protecteur de l’Eglise, il unifia la législation ecclésiastique et prit part à des débats théologiques. Son désir de reconstruction impériale le poussa à affronter Byzance, avec qui il resta en guerre jusqu’à deux ans avant sa mort. Son effort pour organiser l’empire  carolingien et unifier les divers territoires en fit un précurseur de l’idée actuelle de l’Europe.

Après la mort de Charlemagne, en 814, le trône de l’empire carolingien revint à son fils Louis Ier le Pieux (également nommé Ludovic le Pieux) qui, malgré les conseils de son père, consentit à être couronné à Reims par le pape Etienne IV.
Dans une tentative pour maintenir l’unité de l’empire, Louis le Pieux publia les Ordination Imperii, dans lesquelles il nommait son aîné, Lothaire Ier, successeur de la dignité impériale et roi d’Italie.
Il désigna également ses fils Louis le Germanique et Pépin respectivement roi de Bavière et roi d’Aquitaine, bien que ces royaumes fussent secondaires.

En secondes noces, Louis le Pieux eut un quatrième enfant, Charles II le Chauve, à qui il confia un petit royaume, celui d’Allemagne, séparé de ceux qu’il avait attribués à ses autres fils.
Cela précipita les affrontements : Lothaire et ses deux frères rejetèrent leur demi-frère et se rebellèrent.

Après de multiples affrontements et rebondissements qui virent tantôt les frères s’allier tantôt s’opposer, la mort de Louis le Pieux facilita les plans de Lothaire de s’emparer de l’empire. Toutefois, là encore, les alliances et ruptures entre les fils de Louis le Pieux – Lothaire, Louis le Germanique, Pépin et Charles le Chauve – pour s’approprier le trône de l’empire furent innombrables. Aucun ne parvint définitivement à s’imposer aux autres.

Et même si après la paix de Verdun en 843 permit à Lothaire d’être reconnu empereur, l’unité impériale ne se maintint  seulement que dans la forme et trois royaumes furent créé : occidental, central et oriental. Pépin étant décédé, Charles II le Chauve gouverna jusqu’en 877 le royaume franc occidental, à l’ouest de la Meuse, de la Saône et du Rhône. Cette ligne allait se maintenir comme frontière de la France jusqu’au début du XIV° siècle. Louis garda les terres germaniques à l’est du Rhin, et Lothaire, celles comprises entre les deux autres.

Le royaume occidental entra rapidement dans un processus de fragilisation royale et de dislocation féodale. Depuis 840, les incursions normandes mettaient la France en péril. Entre 845 et 886, les normands assiégèrent Paris et pillèrent ses alentours quatre fois. Face à ce danger, le pouvoir de la monarchie carolingienne se montra impuissant.
C’est alors que l’initiative des comtes, des seigneurs féodaux et des évêques s’accrut : ils se chargèrent de protéger la population. L’empire carolingien se morcela définitivement en plusieurs royaumes.

 

Les commentaires sont fermés.