LE MOYEN AGE (1)

L’EXPANSION DE LA RELIGION CHRETIENNE

Au début de IV° siècle, l’édit de Milan, promulgué par Constantin, proclama, pour la première fois dans l’Empire Romain, la liberté religieuse. Le principal bénéficiaire fut l’Eglise Chrétienne. L’empereur devint le souverain de l’Eglise.

Les cultes païens furent prohibés, et les chrétiens s’élevèrent vers les plus hautes fonctions de l’empire. Le dimanche devint jour de repos, la crucifixion fut annulée et les spectacles de gladiateurs abolis.

La résidence d’été de Laterano (Latran) remise à l’évêque de Rome par Constantin fut l’embryon des futurs Etats Pontificaux.

La rivalité pour l’hégémonie entre les régions et les secteurs dominants  de l’empire se transféra au culte même, à travers une grande diversité de tendances religieuses.

Pourtant, après que Constantin est pressé le pape Sylvestre 1er de convoquer un concile, qui allait se tenir à Nicée en 325, des théologiens se distinguèrent. Le pape les sanctifia et les honora du titre de Pères de l’Eglise.

Saint Ambroise (339-398), secrétaire privé du pape Damas 1er, prépara un texte unifié en latin de l’Ancien et du Nouveau Testament, connu sous le nom de Vulgate.
Saint Augustin (354-430), influencé par le néoplatonisme, formula une doctrine du péché et de la grâce, dont l’influence allait se maintenir durant tout le Moyen Age.

En 38, l’empereur Théodose convoqua un second concile à Constantinople, et en 431, à Ephèse, se réunit le troisième concile œcuménique, mais rien ne put empêcher le schisme entre l’Eglise d’Orient et celle d’Occident, aggravé par les invasions germaniques.

En 513, Justinien tenta de rétablir l’unité mais, en 553, il convoqua à Constantinople un nouveau concile qui finit par ratifier la séparation de l’Eglise d’Orient et celle d’Occident.

Saint Grégoire le Grand, qui gouverna l’Eglise de Rome de 590 à 604, constitua l’ordre bénédictin, selon les règles dictées par saint Benoît de Nursie en 529. Il aida ainsi l’Eglise à remplir le vide laissé par les structures de l’Empire Romain d’Occident.

Durant les VI) et VII° siècles, le christianisme se répandit en Europe Occidentale. L’Eglise renforça les liens locaux, permettant que les nobles deviennent évêques, notamment les descendants de l’aristocratie romaine.

Augustin d’Hippone, Père de l’Eglise, fut le théologien le plus important du Moyen Age. Né dans la province romaine d’Afrique du Nord, de père païen et de mère chrétienne, il embrassa la foi du Christ à 32 ans. Dans la Cité de Dieu, il développa le modèle social adopté au Moyen Age.

(à suivre)

Richard POGLIANO

Les commentaires sont fermés.