LA GRECE (10)

LA FIN DU MONDE GREC CLASSIQUE

La fin du IV° siècle av. J.-C. marqua la fin de la Grèce classique. Les guerres constantes et le foisonnement d’alliances usèrent le modèle des cités-Etats, imposèrent un équilibre précaire entre elles et préparèrent le terrain à un nouvel empire et à une autre organisation politique.

La décadence ne touche pas toutes les cités de la Grande Grèce dans la même mesure. Durant la crise des métropoles, ces cités avaient connu une forte expansion. Néanmoins, les luttes intestines, l’épuisement causé par les guerres intenses contre Carthage et le pouvoir croissant de Rome allaient marquer leur déclin définitif.

Artaxerxès II parvint à conserver le pouvoir en Perse grâce à l’assassinat par ses hommes de son frère Cyrus, qui lui disputait le trône. Mais son empire s’était affaibli et il ne pouvait désormais plus aspirer à dominer les territoires grecs. Soin seul recours était de peser dans les disputes entre Athènes et Sparte.

Chronologie

  • 396 av. J.-C.
    Le roi spartiate Agésilas et Lysandre attaquent les Perses en Asie Mineure. Conon détruit leur flotte à Cnide.
  • 390 av. J.-C.
    La Perse finance les alliances contre Sparte. Après la défaite à Corinthe, Sparte signe la paix avec la Perse.
  • 378 av. J.-C.
    Les Thébains Pélopidas et Epaminondas s’allient à Athènes.
  • 371 av. J.-C.
    Agésilas signe la paix avec Athènes. Thèbes bat Sparte à Leuctres.
  • 364 av. J.-C.
    Guerres dans le nord de la Grèce. Victoire thébaine en Théssalie et mort de Pélopidas.
  • 362 av. J.-C.
    Thèbes envahit le Péloponnèse et l’emporte à Mantinée. Mort d’Epaminondas.

La période de l’histoire grecque marquée par une alternance de cités-Etats dominantes s’acheva. Au cours des décennies suivantes, on assista à l’instauration d’un fragile équilibre et à l’imparable ascension des Etats tribaux du nord de l’Hellade.

Ces Etats, qui en étaient restés au stade culturel propre aux petits villages, allaient à présent profiter du vide du pouvoir existant. Parmi eux se trouvait la Macédoine, restée en marge de la communauté culturelle grecque, pour qui s’ouvrait un avenir de prospérité.

Richard POGLIANO

Les commentaires sont fermés.